Aujourd'hui,
URGENT
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects
Burkina: la douane et la DGTTM, sont respectivement 2e et 3e parmi les services les plus corrompus (Ren-Lac)
Burkina: la police municipale, service public le  plus corrompu en 2017 (Rapport Ren-lac)
Mali: 1 mort et 6 blessés dans l'accident d'un véhicule du Bataillon Gondaal 3 

SOCIETE

Un message publié mardi sur la page Facebook -non authentifiée- d'Ansaroul islam, le groupe terroriste fondé par Malam Dicko condamne l’attaque du café Aziz Istanbul et accuse le «Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans» d’être à la base de cette attaque non encore revendiquée.

«Le commandeur des croyants et guide d'Ansaroul Islam vous salue depuis la région de Soum», commence le message. Alors que l’attaque n’a pas été revendiquée, Ansaroul Islam semble indexer Jamaat Nosrat al-Islam wal-Mouslimin, le «Groupe pour le soutien de l'islam et des musulmans» (GSIM),  une organisation terroriste née en mars 2017 de la fusion d'Ansar Dine, des forces d'Al-qaïda au Maghreb islamique (AQMI), de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune. «Les frères et moi-même condamnons l'action du Jamaa Nasr al-Islam wa al-Mouslimin avec ces traitres à notre mouvement. Ils obstruent le chemin d'Allah», accuse le message.

L’organisation, qui dit regretter que l'attaque à l’Aziz Istanbul à Ouagadougou ait «couté la vie à deux éminents frères koweitiens et à nos frères musulmans», menace les auteurs du châtiment divin : «Je vous rappelle ce que le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit: "quiconque prend les armes contre nous n'est pas des nôtres; et quiconque nous trompe n'est pas des nôtres". Qu'Allah vous châtie».

En rappel, l’attaque du restaurant café Aziz Istanbul le 13 août dernier par deux terroristes a fait 19 morts. Parmi les victimes, Il y avait Fahaad Alhaousseine et Waleed Ahmad, tous deux de nationalité koweïtienne Les deux victimes koweitiennes étaient à la tête d’une fondation installée au Burkina Faso depuis les années 70. L’une était le président des imams du Koweït et l’autre était un professeur d’université. Ils ont trouvé la mort le jour même de leur arrivée, alors qu’ils étaient attablés avec l’imam Issa Amadou Tanon et un jeune étudiant burkinabè au Koweït, Abdoulaye Diallo, tous également dans l’attaque.

Une enquête est ouverte pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, assassinat, tentative d’assassinat, détention illégale d’armes à feu et de munitions, destruction volontaire aggravée de biens le tout en relation avec une entreprise terroriste contre X et toutes autres infractions que l’enquête révélera.

«Afin d’aider à l’identification d’hôtes, de complices ou de facilitateurs éventuels depuis la planification jusqu’à l’exécution de l’attaque terroriste, nous lançons un appel à témoin et invitons toutes personnes désireuses d’apporter son témoignage à se présenter dans l’une des brigades de gendarmerie de la ville de Ouagadougou ou dans un commissariat de police le plus proche», avait demandé la procureure du Faso, Maiza Sérémé. Pour faire avancer l'enquête, la gendarmerie a diffusé le 25 août un portrait-robot des deux tueurs qui avaient commis l'attaque.

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé