Aujourd'hui,
URGENT
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 
Burkina Faso: Ousmane Guiro (ex Dg des Douanes) convoque l’Etat burkinabè devant la Cour de justice de la Cédéao (AIB)  
Situation en Libye: le Burkina a décidé du rappel de son ambassadeur pour consultation (Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères) 
Province du Lorum: Des individus non identifiés ont attaqué ce lundi, une équipe de patrouille du district de police de Banh (AIB)
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
Zimbabwe : Robert Mugabe destitué de la présidence de son parti, la Zanu-PF.
Nécro : décès ce 18 novembre à Abidjan de Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères.
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 

SOCIETE

Une dizaine d’hommes armés ont enlevé tôt lundi matin à Nassoumbou, deux frères pour exiger la libération de deux individus lourdement condamnés pour des faits répétés de braquages et de vols à main armée, a appris l’AIB auprès de sources sécuritaires.

Ce lundi 4 septembre 2017, aux environs de 6h, une dizaine de personnes armées ont semé la panique en tirant en l’air à Kourfadji, localité située à 15km de Nassoumbou, commune distante de 45km de Djibo dans la province du Soum. Ils se sont ensuite dirigés au domicile de D.P, un influent homme de la zone, où ils ont enlevé ses deux  frères A.K.P et R.P.

En échange de leur liberté, les assaillants exigent la libération de S.B et de H.D, condamnés en 2016, à 35 ans et à 45 ans avec 15 ans de sureté pour des faits répétés de braquages et de vols à main armée.

Notons que le même groupe avait déjà pris en otage en juillet dernier, M.B, l’oncle de D.P, pour les mêmes raisons.

La situation sécuritaire au nord du Burkina Faso près de la frontière malienne, s’est particulièrement dégradée depuis avril 2015, avec des attaques contre les positions des Forces armées et contre les civils.

Agence d’Information du Burkina