Aujourd'hui,
URGENT
Football: les Étalons juniors se qualifient pour la phase finale de la Can U20 2019 en battant le Gabon par le score de 1 à 0
Burkina: 5 800 000 tonnes de céréales attendues pour la campagne agricole 2017-2018 (Ministre de l'agriculture)
CSC: Mathias Tankoano élu président, Aziz Bamogo à la vice-présidence
Espagne: retrait du mandat d'arrêt international contre Carles Puigdemont
Burkina: Ouagadougou va abriter du 23 au 27 juillet prochain la 24e édition  de la tranche commune entente
Burkina: Augustin Loada revient sur le devant de la scène avec le MTT, un  mouvement d'éveil citoyen 
Coopération: le 7ème Traité d’amitié et de coopération (TAC) Burkina Faso – Côte d’Ivoire se tiendra à Yamoussoukro du 23 au 27 juillet 2018
Android: l'Union européenne condamne Google à une amende record de 4,34 milliards d'euros (RFI)
Soum: le chef de Hocoulourou et un paysan tués par « des individus armés non identifiés» (ministère de la sécurité)
Burkina: l’armée démantèle plusieurs bases terroristes sur la bande transfrontalière nord et interpelle 60 suspects

SOCIETE

Distinguer les œuvres journalistiques qui contribuent clairement à la promotion de technologies innovantes en matière de développement agricole comme moyen de lutte contre la faim et la pauvreté. Voilà l’objectif du prix OFAB 2017, dont le lancement a eu lieu ce vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou.


Premier du genre à l’échelle continentale et au plan national, le prix OFAB 2017 vise  l’excellence en journalisme sur les biotechnologies agricoles. Cette initiative menée par la Fondation africaine pour les technologies agricoles (AATF), a pour ambition «d’encourager les médias dans la collecte des données, le traitement et la diffusion d’informations sur les avancées scientifiques et les résultats de la recherche agricole à l’endroit du grand public», a souligné Dr Valentin Traoré, coordonnateur OFAB-Burkina.

A travers cette démarche, il s’agira de distinguer des journalistes qui, de par leurs productions, «contribuent à promouvoir et à vulgariser l’information sur l’utilisation des biotechnologies agricoles comme solution durable pour l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Burkina Faso et en Afrique», foi du Dr Traoré.  

Ainsi, seront prises en compte dans le cadre de ce concours, les œuvres produites et diffusées dans un organe de presse burkinabè paraissant au Burkina Faso ou dans un blog. Il est ouvert à tous les genres rédactionnels, mais à condition que les productions en question aient été diffusées ou publiées de la période allant du 1er janvier au 31 juillet 2017. En ce qui concerne les conditions de participation, Dr Valentin Traoré précise que « peuvent prendre part au concours les journalistes nationaux ou étrangers, les free-lances et les bloggeurs. Les œuvres doivent être réalisées en langue française ou anglaise.»

En outre, après examen des différentes productions qui seront reçues à compter du 25 juillet prochain et ce jusqu’au 10 août 2017, les trois meilleures œuvres journalistiques seront primées au cours d’une cérémonie le 1er septembre. A l’issue de cette étape, « les trois lauréats (nationaux) bénéficieront d’un séjour en Ouganda où leurs productions seront en lice avec celles des lauréats d’autres pays africains pour un prix continental », conclut Dr Traoré.

Pour rappel, le Forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB), section du Burkina Faso, est une tribune de promotion -à travers la communication- sur les nouvelles avancées scientifiques et technologiques en matière agricole. Pour atteindre ses objectifs, cette organisation veut favoriser la circulation de l’information « juste ».

C’est dans cette optique que les journalistes présents au lancement du prix OFAB 2017, ont été outillés sur les questions liées à la biotechnologie. En effet, deux communications ont été portées à leur endroit. L’une traitant des «biotechnologies et leurs applications», a été abordée par Dr Oumar Traoré. Et l’autre, a été l’exposé du Dr Emile Bazyomo, évoquant le «journalisme scientifique plus alerte et plus incisif au Burkina Faso».

Des mots pour le dire...

Sondage

Dans une interview accordée à des chaines de télévision le 24 juin 2018, le président Roch Marc Christian Kaboré promet de mettre fin à l’incivisme et à la défiance de l’Etat, en appliquant la loi dans toute sa fermeté. En a-t-il les moyens?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé