Aujourd'hui,
URGENT
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 
Burkina Faso: Ousmane Guiro (ex Dg des Douanes) convoque l’Etat burkinabè devant la Cour de justice de la Cédéao (AIB)  
Situation en Libye: le Burkina a décidé du rappel de son ambassadeur pour consultation (Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères) 
Province du Lorum: Des individus non identifiés ont attaqué ce lundi, une équipe de patrouille du district de police de Banh (AIB)
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
Zimbabwe : Robert Mugabe destitué de la présidence de son parti, la Zanu-PF.
Nécro : décès ce 18 novembre à Abidjan de Youssouf Ouédraogo, ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères.
Filo 2017: la 14e édition placée sous le thème "livre et lecture dans le cadre familial"(23 au 26 novembre)
Zimbabwe: Le président Robert Mugabe a fait sa première apparition publique depuis le coup de force de l'armée
Burkina Faso: Blaise Compaoré sort de son silence et dément tout lien avec les terroristes basés au Sahel 

SOCIETE

Le 3 juin 2017, la famille d’Eddie Komboïgo avait été victime d’agression par un groupe d’individus à Samandin, un quartier de Ouagadougou où  Aristide Komboïgo, jeune frère d’Eddie Komboïgo fut blessé. Le Commissariat de police de l’Arrondissement de Nongr-Mâasom vient de démanteler ledit réseau suite à d’autres agressions.

Selon le commissariat de police de Nongr-Masson, le groupe ciblait les victimes et en groupe de deux, trois ou quatre selon les cas, ils surgissaient, souvent les visages masqués par des cache-nez et des casquettes. Ils surprenaient les victimes et les tenaient en respect. Les menaçant avec leurs pistolets automatiques et même en les brutalisant, ils retiraient numéraires, motocycles, téléphones portables, etc.

Une fois leur sale besogne accomplie, ils se retiraient des lieux à l’aide des motocycles. Le groupe exerçait parfois une violence inouïe sur leurs victimes. Après les forfaits, le matériel emporté, notamment les motocycles sont transmis aux nommés Ali Nikiéma, se disant mécanicien et Soumaila Kouanda alias Monre, se disant employé de commerce qui les écoulaient par la suite.

Ils ont mené leur sale besogne dans plusieurs quartiers de Ouagadougou. notamment  Zogona, Cité des 1200 logements, Gounghin, Dassasgho, Wemtenga, Dapoya, Bendogo, Balkuy, Rayongo, Samandin, Kamsonguin et la zone de Katr-yaar.

Leurs forfaits les plus connus sont ceux commis dans une boutique aux 1200 logements le 21 aout 2016 et dans la famille Komboïgo à Samandin le 3 juin 2017 dernier, blessant un des frères du célèbre homme d'affaires et homme politique Eddie Komboïgo.«Ce dernier cas a d’ailleurs fait couler beaucoup d’encre et de salive alors qu’il s’agit purement d’un acte de banditisme comme les autres. Il faut dire que le groupe cible les victimes en se basant sur leurs activités (cas des commerces), leur statut social (niveau de vie) ou leurs moyens de déplacement (motocycles de grande valeur)», précise la police.

Au total, 15 victimes de cette bande ont été identifiées à ce jour et les produits de vols trouvés sont multiples et composés de deux motocyclettes, deux vélomoteurs, une tablette, deux téléphones portables, un power-bank.

A ce jour, certains membres du groupe sont en cavale et des recherches sont en cours en vue de les appréhender. Le démantèlement de ce groupe de braqueurs a été possible grâce à la collaboration des populations et celles-ci sont invitées par la police, à continuer à accompagner les forces de sécurité en appelant les numéros verts mis à leur disposition: 17 (police nationale); 16 (gendarmerie nationale); 1010 (Centre national de veille et d’alerte).