Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

SOCIETE

Les musulmans du Burkina Faso ont célébré ce dimanche 25 juin 2017, la fête du ramadan ou Aïr Al-Fitr marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan. A Ouagadougou, la grande prière a eu lieu à la place de la Nation à 9 heures sous la direction de l’Imam Aboubacar Sana, Imam de la grande mosquée de la capitale. Les musulmans ont rendu grâce à Dieu pour l’accomplissement réussi de ce mois de privation qui est synonyme de renouvellement de la foi en Allah. Cette année, la célébration a été placée sous le signe de la justice et de la paix.

« La justice est réellement le fondement de toute société. Toute la population doit se  soumettre à la volonté de la justice afin qu’il y ait l’entraide et la paix. C’est pourquoi à la fin de ce mois béni, il est recommandé de donner l’aumône de  Iftar à ceux qui n’ont pas les moyens afin qu’il n y ait pas un pauvre qui n’ait pas à manger. (…) C’était l’un des messages fort du sermon de l’imam » a indiqué El Hadj Atimi Démé, vice-président de la communauté musulmane.

Pour le célébrant principal, ce jour doit être une journée de grâce, de solidarité et de reconnaissance à Allah. A la fin de son sermon, il a prié pour la paix au Burkina tout en demandant à Dieu de bénir les autorités du pays ainsi que tous les décideurs.

Il a, en outre, exhorté les fidèles musulmans à cultiver la paix, la tolérance et le vivre-ensemble. Il n’a pas manqué de leur indiquer qu’il est souhaitable de jeûner six journées de plus à la fin de ce mois béni pour plus de grâce.

Comme à l’accoutumée, les représentants de l’Eglise catholique ont effectué le déplacement de la place de la Nation. Cette année, l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo était représenté par l’abbé Apollinaire Dibendé, secrétaire épiscopale.

« C’est une habitude pour la communauté catholique à travers son premier responsable de venir à chaque fête de Ramadan ou de Tabaski manifester sa proximité et sa fraternité vis-à-vis des  musulmans. (…) Au-delà de cela, nous venons apporter le message du Vatican à l’endroit des musulmans. Cette année, le message a pour thème : chrétiens et musulmans, ensemble pour la sauvegarde de la maison commune » a laissé entendre l’abbé Dibendé au nom de l’archevêque de Ouagadougou.  

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé