Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: lancement d’un programme d’approvisionnement en eau pour plus d’un million de personnes (AIB)
Etats-Unis: l’ancien vice-président Joe Biden candidat à l’investiture démocrate
Paludisme: un vaccin expérimental testé au Malawi (France 24)
Burkina: le gouvernement octroie aux travailleurs des Finances des forfaits trimestriels allant de 400 000  à 900 000 FCFA
Burkina: les greffiers disent non aux "tripatouillages" des textes (AIB)
Burkina: les avocats en arrêt de travail de 96 heures pour dénoncer le dysfonctionnement de l'appareil judiciaire
Coopération: la Chancelière allemande Angela Merkel, effectue les 1er et 2 mai 2019 une visite d’amitié et de travail à Ouagadougou
Sri Lanka: l'État islamique (EI) a revendiqué, les attentats qui ont fait plus de 320 victimes le dimanche de Pâques
Soudan: le président égyptien, al-Sissi plaide pour un nouveau délai accordé aux militaires
Algérie: Issad Rebrab, l’homme le plus riche d'Algérie, derrière les barreaux (RFI)

SOCIETE

Les musulmans du Burkina Faso ont célébré ce dimanche 25 juin 2017, la fête du ramadan ou Aïr Al-Fitr marquant la rupture du jeûne du mois de ramadan. A Ouagadougou, la grande prière a eu lieu à la place de la Nation à 9 heures sous la direction de l’Imam Aboubacar Sana, Imam de la grande mosquée de la capitale. Les musulmans ont rendu grâce à Dieu pour l’accomplissement réussi de ce mois de privation qui est synonyme de renouvellement de la foi en Allah. Cette année, la célébration a été placée sous le signe de la justice et de la paix.

« La justice est réellement le fondement de toute société. Toute la population doit se  soumettre à la volonté de la justice afin qu’il y ait l’entraide et la paix. C’est pourquoi à la fin de ce mois béni, il est recommandé de donner l’aumône de  Iftar à ceux qui n’ont pas les moyens afin qu’il n y ait pas un pauvre qui n’ait pas à manger. (…) C’était l’un des messages fort du sermon de l’imam » a indiqué El Hadj Atimi Démé, vice-président de la communauté musulmane.

Pour le célébrant principal, ce jour doit être une journée de grâce, de solidarité et de reconnaissance à Allah. A la fin de son sermon, il a prié pour la paix au Burkina tout en demandant à Dieu de bénir les autorités du pays ainsi que tous les décideurs.

Il a, en outre, exhorté les fidèles musulmans à cultiver la paix, la tolérance et le vivre-ensemble. Il n’a pas manqué de leur indiquer qu’il est souhaitable de jeûner six journées de plus à la fin de ce mois béni pour plus de grâce.

Comme à l’accoutumée, les représentants de l’Eglise catholique ont effectué le déplacement de la place de la Nation. Cette année, l’archevêque métropolitain de Ouagadougou, le Cardinal Philippe Ouédraogo était représenté par l’abbé Apollinaire Dibendé, secrétaire épiscopale.

« C’est une habitude pour la communauté catholique à travers son premier responsable de venir à chaque fête de Ramadan ou de Tabaski manifester sa proximité et sa fraternité vis-à-vis des  musulmans. (…) Au-delà de cela, nous venons apporter le message du Vatican à l’endroit des musulmans. Cette année, le message a pour thème : chrétiens et musulmans, ensemble pour la sauvegarde de la maison commune » a laissé entendre l’abbé Dibendé au nom de l’archevêque de Ouagadougou.  

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé