Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

SOCIETE

Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba s’est rendu ce mardi 6 juin 2017 au Centre hospitalier universitaire-Yalgado Ouédraogo (CHU-YO). Objectif de cette visite : constater de visu l’état de déliquescence du plus grand centre hospitalier du pays et échangé avec le personnel soignant et les partenaires sociaux.   C’est très tôt dans la matinée de ce mardi que le chef du gouvernement, accompagné pour la circonstance par le ministre de la Santé, Nicolas Méda et par celui en charge de la Solidarité nationale et de la famille, Laure Zongo/Hien, a entamé sa visite.

Plusieurs unités, surtout celles sensibles ont été visitées par le Premier ministre. Au pas de course, le directeur général de l’hôpital, Robert Sangaré, a présenté à son hôte  les conditions dans lesquelles travaille son personnel : urgence médicale, urgence traumatologique, pédiatrie, imagerie médicale, salle de radio et le centre d’hémodialyse.

Pour le chef du gouvernement, cette visite a permis à son équipe de pouvoir constater les conditions dans lesquelles travaille le personnel de santé et l’état des infrastructures sanitaires et du matériel médical.

« L’hôpital ne répond plus aux besoins des populations parce que ses capacités d’accueil et ses infrastructures méritent une rénovation. Nous avons pu nous en rendre compte en visitant les différents services. Nous avons vu les conditions dans lesquelles les soins étaient dispensés. Et tout cela demande des réponses d’urgence au niveau de l’équipement de l’hôpital et de tous ce qui concoure à assurer des soins de qualité à nos compatriotes »,  a laissé entendre Paul Kaba Thiéba qui a également promis que tout sera mis en œuvre pour que l’hôpital redevienne le fleuron qu’il était.  Et pour ce faire, il a indiqué que le gouvernement mettra en place des réformes et des politiques d’investissement dans le domaine de la santé publique.

A l’issue de cette visite qui a duré plus de 90 minutes, le Premier ministre et son staff ont échangé avec le personnel soignant et les représentants des syndicats de la santé, section de l’hôpital. Avec les partenaires sociaux, il a surtout été question de l’amélioration des conditions de vie et de travail et de la sécurité du personnel car rien que ce lundi, trois agents ont été agressés par l’accompagnant d’un malade avec pour conséquence un arrêt de travail de 24 heures avec reconduction de fait.

« Par rapport à l’incident, j’ai réaffirmé la position du gouvernement qui est la tolérance 0 à ces genres d’agressions. Nul n’a le droit de se faire justice soit même. Comme ce qui c’est passé à Bobo Dioulasso, la justice a été saisie  et elle sera rendue dans toute sa rigueur. Et si il ya des mesures administratives à prendre cela se fera également. Ce faisant, j’ai demandé à l’administration de l’hôpital de prendre toutes les mesures pour assurer la  sécurité des biens et des personnes », a-t-il fait savoir tout en invitant les agents à reprendre le service pour le bonheur des malades. 

Les responsables et les militants de la section Yalgado du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale (Syntsha), après des échanges directs et houleux avec Paul Kaba Thiéba au moment de son départ de l’hôpital, ont décidé séance tenante de suspendre leur mot d’ordre d’arrêt de travail. Cependant, ils ont promis de suivre la suite du dossier car disent ils, l’acte d’agression de leurs camarades ne doit pas rester impuni.

« Avec les promesses du Premier ministre qui est sorti dans la foule pour nous rassurer de sa bonne foi et de la diligence qui sera donné au traitement  judiciaire de l’acte d’agression, nous avons appelé les agents à reprendre le travail » a affirmé Modeste Méda, le secrétaire général adjoint du Syntsha Yalgado.

Paul Kaba Thiéba avant de partir a réaffirmé aux agents sa disponibilité et son engagement personnel à les écouter afin d’apporter des réponses à leurs préoccupations. Et en ce qui concerne la sécurité du personnel, il a fait savoir qu’il consultera son ministre de la Sécurité afin de voir dans quelles conditions un détachement des forces de sécurité pourrait être déployé au sein de l’hôpital.

 

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé