Aujourd'hui,
URGENT
Arabie Saoudite: Selon la CIA, Mohammed ben Salman a ordonné l'assassinat du journaliste Khashoggi
Burkina: la Coalition contre la vie chère organise le 29 novembre une journée de protestation contre la récente hausse du prix du carburant
Madagascar: le second tour de la présidentielle opposera Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, tous deux anciens présidents
Centrafrique: l’ex-chef anti-balaka Alfred Yecatom Rhombot extradé vers la CPI
Israël: le ministre de la Défense démissionne après le cessez-le-feu à Gaza
Brexit: Theresa May annonce que son gouvernement a validé le projet d'accord avec l'Union européenne 
Burkina: l'utilisation de contraception moderne a empêché 397 000 grossesses non désirées et 142 000 avortements (rapport)
Burkina: le bureau actuel du syndicat national de la GSP interdit d'activités, 10 agents révoqués (Conseil des ministres)
Sénégal: Macky Sall laisse entrevoir l'amnistie pour Khalifa Sall et Karim Wade (RFI)
Burkina: le Mouloud célébré dans la nuit du lundi 19 au mardi 20 novembre 2018

SOCIETE

Cela fait exactement 500 jours ce lundi, soit un an et un peu plus de quatre mois, que le Dr Ken Elliott a été enlevé à Djibo dans le nord du Burkina Faso. Il a été pris en otage en compagnie de sa femme, qui a été relâchée un peu plus tard. Le groupe djihadiste Ansar Dine avait revendiqué cet acte.  


 
Dans la nuit du 15 janvier 2016, pendant que l’avenue Kwamé N’Krumah, la plus belle avenue de la ville de Ouagadougou, était la cible des terroristes, dans la ville de Djibo, région du Sahel l’enlèvement d’un couple australien par des terroristes se réclamant d’Ansar Dine, défraiera la chronique.

Kenneth Elliot s’est installé depuis 1972 dans la localité de Djibo où il officiant en tant que chirurgien et responsable de la clinique qu’il a fondée. Avec sa femme, il s’était engagé dans les actions humanitaires. Son enlèvement avait profondément choqué les populations bénéficiant des services du couple Elliot. Ceux-ci, ont manifestement exprimé leur désarroi, à travers des marches et autres prières.

Le double enlèvement a été revendiqué par les djihadistes d’Ansar Dine qui affirmaient avoir posé cet acte pour échanger les otages contre des terroristes retenus prisonniers.

« Le travail doit se poursuivre parce que le Dr Eliott n’a pas encore été libéré. Nous avons espoir que ce sera fait dans les prochains jours. Nous travaillons toujours à ce que le couple puisse se retrouver», avait assuré le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, après avoir reçu Mme Elliot tout juste libérée au palais présidentiel.

A noter qu’en novembre 2016, Arthur Kenneth Elliot, âgé de 84 ans avait été naturalisé burkinabè par un décret pris en conseil des ministres.