Aujourd'hui,
URGENT
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro intègre la nouvelle direction du RDR comme vice président chargé de la région du Tchologo
Zimbabwe: Robert Mugabé démissionne du pouvoir
Zimbabwe: Le Parlement a débuté la procédure de destitution de Robert Mugabe
Nigéria: au moins 50 personnes ont été tuées dans un attentat-suicide à Mubi dans le nord-est du pays
esclavage de migrant: la Libye exprime "son refus catégorique et condamne fermement ce genre de pratique inhumain" 
Burkina Faso: Ousmane Guiro (ex Dg des Douanes) convoque l’Etat burkinabè devant la Cour de justice de la Cédéao (AIB)  
Situation en Libye: le Burkina a décidé du rappel de son ambassadeur pour consultation (Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères) 
Province du Lorum: Des individus non identifiés ont attaqué ce lundi, une équipe de patrouille du district de police de Banh (AIB)
Kenya: la Cour suprême valide la réélection d'Uhuru Kenyatta
Zimbabwe : Robert Mugabe destitué de la présidence de son parti, la Zanu-PF.

SOCIETE

Cela fait exactement 500 jours ce lundi, soit un an et un peu plus de quatre mois, que le Dr Ken Elliott a été enlevé à Djibo dans le nord du Burkina Faso. Il a été pris en otage en compagnie de sa femme, qui a été relâchée un peu plus tard. Le groupe djihadiste Ansar Dine avait revendiqué cet acte.  


 
Dans la nuit du 15 janvier 2016, pendant que l’avenue Kwamé N’Krumah, la plus belle avenue de la ville de Ouagadougou, était la cible des terroristes, dans la ville de Djibo, région du Sahel l’enlèvement d’un couple australien par des terroristes se réclamant d’Ansar Dine, défraiera la chronique.

Kenneth Elliot s’est installé depuis 1972 dans la localité de Djibo où il officiant en tant que chirurgien et responsable de la clinique qu’il a fondée. Avec sa femme, il s’était engagé dans les actions humanitaires. Son enlèvement avait profondément choqué les populations bénéficiant des services du couple Elliot. Ceux-ci, ont manifestement exprimé leur désarroi, à travers des marches et autres prières.

Le double enlèvement a été revendiqué par les djihadistes d’Ansar Dine qui affirmaient avoir posé cet acte pour échanger les otages contre des terroristes retenus prisonniers.

« Le travail doit se poursuivre parce que le Dr Eliott n’a pas encore été libéré. Nous avons espoir que ce sera fait dans les prochains jours. Nous travaillons toujours à ce que le couple puisse se retrouver», avait assuré le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, après avoir reçu Mme Elliot tout juste libérée au palais présidentiel.

A noter qu’en novembre 2016, Arthur Kenneth Elliot, âgé de 84 ans avait été naturalisé burkinabè par un décret pris en conseil des ministres.