Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

L’entrée du bloc opératoire de centre hospitalier universitaire Souro Sanou désespérément vide. (Ph. SM)

SOCIETE

Dans la soirée de lundi 22 mai dernier, un accompagnant de malade au service chirurgie du centre hospitalier Souro Sanou de Bobo Dioulasso s’est infiltré dans le box de consultation. Il a agressé l’interne de service avant de prendre la fuite. Choqué, le personnel observe un arrêt de travail. 


Victime de coup de poignard à l’abdomen à Dédougou, un malade est référé au centre hospitalier universitaire de Souro Sanou le vendredi 19 mai 2017. Immédiatement pris en charge, il hospitalisé en suite opératoire après avoir subi une opération.

Quatre jours après, soit le lundi 22 mai 2017, son état de santé se dégrade. Les médecins décident de le reprendre au bloc opératoire dans l’après-midi du même jour. L’interne du service de chirurgie B de centre hospitalier universitaire Souro Sanou -où le malade était hospitalisé- demande alors à ses accompagnants de maintenir le patient à jeun jusqu’à l’opération chirurgicale.

Malheureusement au cours de la reprise  de l’intervention chirurgicale, le patient, qui saignait abondamment, a rendu l’âme au bloc opératoire.  L’un des parents du défunt se fâche et s’en prend violemment à l’interne en lui assenant des coups de poing. Pour l’agresseur c’est parce que l’interne a maintenu son parent malade à jeun qu’il est décédé. Certainement conscient de la gravité de son acte, l’accompagnateur agresseur a pris la fuite.

En réaction le personnel observe un arrêt de travail. Pour le  responsable de la formation syndical du Syndicat des travailleurs de la santé humaine et animale des Hauts Bassins, Gustave Somé,  la reprise du travail est conditionnée par la prise de mesures de sécurité et la mise aux arrêts de l’agresseur. L’hôpital a posé plainte contre l’agresseur à en croire le directeur des ressources humaines, Abdou Philibert Comboïgo, qui assure l’intérim du directeur général en mission à l’extérieur du pays.     

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé