Aujourd'hui,
URGENT
Mali: le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans revendique l'attaque contre le camp de la Minusma et de Barkhane
Asie: la Corée du Nord annonce la fin de ses essais nucléaires et balistiques (RFI)
Ouagadougou: 6 morts dans une bousculade à l'issue d'un prêche d'un prédicateur musulman
Football: le Français Arsène Wenger va quitter le club anglais d'Arsenal cet été, après vingt-deux saisons
Burkina: le président du Faso a reçu ce jeudi 19 avril les lettres de créances de 15 nouveaux ambassadeurs
Cuba: Miguel Díaz-Canel a été élu ce 19 avril 2018 nouveau président succédant à Raul Castro
Sahel: 216 établissements fermés dont 60 dans la région du Nord soit 20.000 élèves et 895 enseignants hors des classes
Afrique: 8 millions de personnes en insécurité alimentaire en Afrique de l'ouest (RFI)
Nahouri: la police saisit 750 kg de produits prohibés
11-Décembre: «Bonne gouvernance et équité sociale pour une nation forte et prospère» est le thème retenu pour l'édition 2018

SOCIETE

Le Syndicat autonome des agents du Trésor du Burkina (SATB) en grève depuis le 8 mai 2017 n’est toujours pas satisfait des réponses apportées par le gouvernement à leur plateforme revendicative minimale constituée de 19 points. Les responsables du syndicat  l’ont fait savoir ce  mercredi 17 mai 2017 à Ouagadougou au cours d’un point de presse et ils prévoient une nouvelle grève allant du 30 mai au 16 juin prochain.

Séini Kouanda, le secrétaire général de la SATB a indiqué qu’après plusieurs jours de négociation avec le gouvernement, il y a eu des avancées sur certains points de la plateforme revendicative minimale. Cependant, précise t-il, «les propositions de réponses du gouvernement, dans leur ensemble, restent pour la plupart largement en deçà de nos attentes».

Pour lui, le blocage se situe surtout au niveau de quatre points de la plateforme. Il s’agit de l’institution du statut autonome de l’agent du Trésor, le régime indemnitaire de l’agent du Trésor, la relecture des textes portant conditions et modalités de répartition de la prime de rendement et le relèvement du taux minimal appliqué à la trésorerie net à 0,75 pour la détermination du montant du fonds commun.

Outre cela, la question de la dotation des services en personnel et en moyens suffisants demeure aussi en suspend car les réponses apportées par le gouvernement sont insatisfaisantes.

Par ailleurs, le syndicat a tenu à démentir les propos du ministre porte parole du gouvernement, Remis Dandjinou qui a affirmé selon eux que les négociations avec leur syndicat avaient abouti à 16 points d’accords sur un total de 19.  A en croire M. Kouanda, le SATB ne se reconnait pas dans de tels propos et pour ce faire, il a même adressé une correspondance le 12 mai au Premier ministre pour lui faire savoir qu’il ne se reconnaissait pas dans cette information.

«Notre indignation se justifie par le fait que ladite information, en plus de jeter un discrédit sur le SATB, tend à exposer les travailleurs du Trésor à la vindicte populaire. Qu’à cela ne tienne, nous avons souhaité, dans la lettre adressée à son excellence, que tous les détails relatifs aux 16 points d’accord en question échappant totalement à notre connaissance nous soit transmis afin d’en prendre connaissance. A ce jour, aucune réponse du gouvernement ne nous est parvenue pour étayer nos lanternes» a indiqué M. Kouanda.

Par conséquent, le syndicat  a décidé de durcir le ton. Déjà en grève du 8 au 12 mai et du 15 au 19 mai, le SATB a invité tous les agents du Trésor à observer un sit-in allant du lundi 22 au lundi 29 mai de 7 heures à 15 heures sur toute l’étendue du territoire national élargie aux consulats et ambassades du Burkina à l’étranger.

Si toute fois la plateforme revendicative minimale n’est pas satisfaite, les syndicalistes iront de nouveau en grève  du 30 mai  au 16 juin 2017. Et en cas de statu quo, ils prévoient de passer à la vitesse supérieure en observant un arrêt illimité de travail.

Séini Kouanda, a tout de même promis que leur syndicat « consciencieux » ne bloquera pas le paiement des salaires malgré les différents arrêts de travail : « A ce titre, notre bureau national, conformément aux conclusions des assemblées générales extraordinaires tenues par les 15 sections locales du SATB, a reçu quitus afin de prendre attache avec l’administration pour la mise en place exceptionnelle d’un dispositif pour ne gérer rien que les opérations ayant trait au paiement des salaires, des pensions et des pécules. Cette option a été envisagée en vue de montrer notre bonne foi à l’opinion publique ».

     

Des mots pour le dire...

Sondage

Lors de son discours sur la situation de la Nation prononcé le jeudi 12 avril 2018 devant la représentation nationale, le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a promis la fin des délestages d’électricité pour 2019. A-t-il les moyens de tenir promesse?

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé