Aujourd'hui,
URGENT
Burkina:  18 Burkinabè meurent dans un accident à l'entrée de Bouaké en Côte d'Ivoire (conseil des ministres).       
Mali: plus de 100 djihadistes libérés en vue d’un échange pour obtenir la libération de Soumaïla Cissé et Sophie Pétronin (AFP).
Togo: la BOAD injecte 20 milliards FCFA dans le projet cimentier du magnat Burkinabè Inoussa Kanazoé.
Présidentielle/2020: la jeunesse de l’Union pour le progrès et le changement collecte 26 millions de FCFA pour la caution de Zéphirin Diabré.
Sécurité: le Soudan détruit 300.000 armes à feu illégales dans le cadre du projet national de collecte d'armes
Santé: le Bénin lance la construction d'un Centre hospitalier et universitaire de référence dans la sous-région ouest-africaine.  
Présidentielle/2020 : le dossier du candidat Roch Marc Christian Kaboré déposé par Simon Compaoré, président du MPP, parti au pouvoir. 
Burkina: Mahamadi Kouanda démissionne du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex parti au pouvoir).
Burkina: le Premier ministre appelle à la mise en place d’un «système de commande publique efficient».
Burkina: Incarcéré à Ouaga,Jean Claude Bouda, ex ministre de la Défense obtient une «permission» d’un mois pour des soins (LeFaso.net). 

SOCIETE

Des investigations menée par le gouvernement suite aux rumeurs n’ont pas permis de trouver du « riz en plastique » sur le marché burkinabè, selon ce communiqué.


«Depuis quelques mois, les réseaux sociaux font état de la vente et de la consommation d’une qualité « de riz en plastique » dans la sous-région ouest africaine. Dès lors le Gouvernement burkinabè à travers le Ministère du Commerce, de l’industrie et de l’Artisanat,  a accentué les contrôles sur la qualité des céréales et particulièrement celle du  riz vendu au Burkina. Depuis trois mois au moins, une telle investigation n’a permis de trouver sur le marché,  aucun « riz en plastique ». Le phénomène a toutefois  pris de l’ampleur cette semaine.

Les  réseaux sociaux et la presse audiovisuelle et écrite font échos de la découverte  de riz plastique dans une famille à Ouagadougou. La Gendarmerie Nationale saisie, a diligenté une enquête qui est en cours. Un prélèvement a été fait et est en cours d’analyse au niveau du Laboratoire Nationale de Santé Publique. Les conclusions du LNSP sont attendues dans une semaine. D’autres échantillons  seront analysés par l’Agence Burkinabè de la Normalisation, de la Qualité et de la Métrologie (ABNORM).

En attendant les résultats de ces enquêtes, le Gouvernement invite les populations à rester vigilantes dans tout ce qu’elles consomment. Cette veille citoyenne et cette collaboration ont du reste  permis aux services de contrôles de saisir 25 sacs de riz impropres à la Consommation  à Banfora dans la Région des Cascades.
Il les invite par ailleurs en cas de besoin, à saisir les structures compétentes notamment les forces de Défense et de Sécurité, ou  les services de contrôles du Ministère en charge du Commerce aux numéros verts suivants : 80 00 11 84/84  à Ouagadougou, et 80 00 11 86 à Bobo-Dioulasso.»

DCPM/ Ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat