Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

SOCIETE

Le groupe thématique Education de base du Réseau des organisations de développement de l’éducation au Burkina (Rodeb) a initié un concours d’écriture à l’endroit de six écoles primaires de la commune de Saaba. Le mercredi 10 mai 2017 à la Circonscription d’éducation de base (CEB) de Saaba, les organisateurs ont procédé à la cérémonie de remise de prix à l’issue de cette première édition organisée dans le cadre de la promotion de la lecture et de l’écriture à l’école.



Cette première édition d’initiative de promotion de la lecture par l’écriture a eu pour thème initial «la scolarisation des filles». Elle a réuni les écoles de Saaba B et D, Nioko 1A et 1B, les écoles Bethsaleel et Wend-Rabo et s’inscrit dans le cadre de la lutte contre les déperditions scolaires grâce à une approche originale et attractive où l’enfant se trouve au centre d’un parcours aboutissant à la réalisation de ses œuvres. Parmi les écoles en compétition, c’est l’école primaire Saaba B qui a été 1ère avec une moyenne de 18/20. Selon Aminata Hien/Fofana, chef de file du groupe thématique Education de base du Rodeb, l’objectif visé à travers ce concours, est vraiment de cultiver le goût de la lecture car, pour elle, «qui veut écrire doit pouvoir lire d’abord et lire beaucoup.»

Aux dires de la présidente de jury de ce concours, Estelle Zongo/Lankoandé, les critères de sélection ont été naturellement basés sur le fond, c’est-à-dire la compréhension du thème, l’engagement de l’auteur et le message véhiculé. Pour ce qui est de la forme, il faut noter la propreté, l’écriture avec un style acceptable. «Il est vrai que ce sont des enfants. Mais comme c’est une première édition, on a essayé de voir si les enfants ont utilisé ce qu’ils ont appris à l’école à savoir la grammaire, le vocabulaire, la conjugaison. Nous nous sommes aussi basés sur les illustrations car il ne faut pas dessiner pour dessiner. Il faut que les illustrations soient en cohérence avec le thème», a expliqué la présidente du jury.

Elle dit être surprise par les différentes productions car, «d’autant plus qu’on parle de plus en plus de la baisse du niveau et de la qualité de l’enseignement, nous avons trouvé que ce n’est pas alarmant. Nos enfants sont capable de quelque chose et ils l’ont démontré à travers ces œuvres». Son souhait est que ce concours puisse s’étendre dans plusieurs écoles voire sur toute l’étendue du territoire national car, l’initiative, non seulement encourage les enfants, les pousse à chercher et en même temps c’est formateur.

Pour sa part, le chef de la CEB de Saaba, l’Inspecteur Boukary Yameogo, s’est réjoui et a salué l’initiative. «Nous nous réjouissons parce que c’est du matériel que nos écoles auront et cela fait une banque de connaissance qu’on met à notre disposition. Je souhaite un bon usage de ces documents et que les enfants puissent chercher davantage et qu’ils s’intéressent aux compétitions car, c’est dans la compétition qu’on se rend compte qu’on a besoin d’augmenter son capital de connaissance», a-t-il affirmé.

A l’endroit de ces écoles lauréates, la chef de file du Rodeb, Aminata Hien/Fofana les a exhortés à renforcer ce que le Réseau a commencé. «On souhait que ce goût de la lecture puisse se réaliser vraiment à leur niveau et que cela leur serve non seulement pour la compréhension des activités d’enseignement d’apprentissage mais aussi tout au long de leur vie car, celui qui lit connait le monde» a-t-elle conclu tout en souhaitant pouvoir organiser une second édition l’année prochaine et que cette initiative puisse toucher beaucoup d’écoles et pourquoi pas l’ensemble du pays.

Il faut noter que les écoles lauréates ont reçues pratiquement les mêmes prix à savoir trois dictionnaires, des annales, des livres de contes et des kits scolaires.