Aujourd'hui,
URGENT
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde

SOCIETE

Dans le cadre de l’exécution de son plan d’action, la Jeune chambre internationale Ouaga Etoile a organisé la première édition du projet «Incubateur» ou le «Youth business school». Le thème retenu pour cette première édition est «Agir pour une jeunesse autonome». La cérémonie de lancement officielle a eu lieu ce samedi 29 avril 2017 à Ouagadougou et placée sous le patronage du président de la Chambre de commerce.

Avec pour mission d’offrir des opportunités de développement aux jeunes gens en leur donnant la capacité de créer des changements positifs, le projet «Youth bunissess school» procède de la volonté de la JCI Ouaga Etoile de créer un cadre de formation à l’emploi afin de participer à l’épanouissement de la jeunesse. Selon le directeur du comité d’organisation, Abdoul Karim Sawadogo, ce projet participe également du respect de l’engagement pris par les membres de cette organisation à servir l’humanité.

Pour lui, l’année 2017 est baptisée comme l’année des opportunités et cette formation est une opportunité pour les jeunes qui aspirent entreprendre. Il a de même précisé que l’objectif principal est d’autonomiser les jeunes à travers la promotion de l’entreprenariat pour contribuer à résorber le problème du chômage. «En tant que directeur du comité d’organisation, c’est une grande fierté de piloter ce projet qui est à sa première édition. Des difficultés ont certes émaillé la conduite de ce projet, mais nous étions toujours convaincus qu’avec l’abnégation et la détermination des autres membres de l’équipe nous atteindrons nos objectifs», a-t-il dit.

Du côté du représentant du patron de la cérémonie, Idrissa Kaboré, ce projet tombe à point nommé car aujourd’hui la problématique de l’emploi des jeunes est majeure donc organiser une telle activité qui va outiller et former les jeunes à être plus apte pour le marché de l’emploi est à saluer. «C’est à travers ces projets innovants que nous allons pouvoir créer et impacter notre communauté et faire de la JCI une organisation leader qui aspire confiance» a laissée entendre M. Kaboré.

Quant au parrain de cette première édition, son rêve est que les trente bénéficiaires de la 1ère édition de «Youth business school» soient les créateurs d’entreprises innovantes et prospères qui emploieront chacune au moins 10 jeunes. «Je rêve de la constitution d’une génération de jeunes hommes d’affaires burkinabè engagés à une plus grande autonomie de la jeunesse de notre pays», souhaite-t-il. A ses filleuls, il demande de s’armer de l’esprit du possible. «Ne vous attendez pas à ce que ça soit facile donc armez-vous de l’esprit du possible car, c’est cet esprit qui vous permettra d’entrevoir même dans les moments difficiles». Pour ce faire, il a réaffirmé sa disponibilité à accompagner chacun des incubés autant que nécessaire

Le directeur du comité  d’organisation a invité tous les futurs entrepreneurs à suivre avec beaucoup d’attention et d’intérêt les cinq modules de formations qui se dérouleront selon un programme bien décliné. Au cours de ces formations qui vont s’étendre jusqu’en fin aout 2017, des visites d’entreprises seront organisées pour rendre pratique ces différentes formations donnant ainsi des repères aux futures entrepreneurs. Ces journées de formations seront axées sur l’entreprenariat et visent à inculquer aux jeunes porteurs d’initiatives économiques à connaitre les bases de l’entreprise. Aussi des visites d’entreprises seront organisées au profit des jeunes formés afin qu’ils touchent du doigt les réalités des entrepreneurs sur le terrain et bénéficient des témoignages de chefs d’entreprises.

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé