Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

SOCIETE

Le personnel de l’hôtel Sopatel le Silmandé est mécontent de la gestion des travailleurs par le directeur général. Fermé depuis le samedi 29 avril 2017, l’hôtel a vu son personnel protester ce dimanche 30 avril pour réclamer le départ de l’actuel directeur général.



Selon Armand Tapsoba, délégué général du personnel, l’actuel directeur général distribue les marchés sans respecté les procédures en la matière. «Notre DG ne collabore pas et passe son temps à menacer le personnel. Il a licencié 11 personnes en un mois seulement qu’il est à la tête de l’hôtel». Par ailleurs, M. Tapsoba fait remarquer que Sopatel n’a pas respecté le cahier de charges qui dit qu’elle doit employer un groupe international. «Sopatel a essayé avec Golden Tulip, ça n’a pas marché, ils sont même allés en justice et Sopatel a perdu le procès. Et Sopatel recrute aujourd’hui des directeurs dont nous redoutons les capacités». Le personnel mécontent fustige les licenciements «abusifs» et le recrutement avec complaisance de l’actuel DG.

Arouna Ilboudo, anciennement contrôleur receveur et licencié de l’hôtel le Silmandé explique que c’est suite à un banal transfert de produit à un département consommateur qu’est survenu son problème. «Le nouveau DG qui veut travailler avec ses anciens collaborateurs avec qui il a déjà travaillé ailleurs. Et il nous l’a signifié le jour de sa prise de fonction où il a laissé entendre qu’il y a des têtes ici qu’il connait très bien parce qu’il a déjà travaillé à l’hôtel Azalaï avec certains.»

Et c’est ce licenciement qui a fait déborder le vase. En attendant la reprise du dialogue le mardi 2 mai, le personnel implore le concours du Naaba Nongr Masson duquel relève l’arrondissement dans lequel est situé l’hôtel pour un dénouement «heureux» de cette crise.