Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

SOCIETE

Le personnel de l’hôtel Sopatel le Silmandé est mécontent de la gestion des travailleurs par le directeur général. Fermé depuis le samedi 29 avril 2017, l’hôtel a vu son personnel protester ce dimanche 30 avril pour réclamer le départ de l’actuel directeur général.



Selon Armand Tapsoba, délégué général du personnel, l’actuel directeur général distribue les marchés sans respecté les procédures en la matière. «Notre DG ne collabore pas et passe son temps à menacer le personnel. Il a licencié 11 personnes en un mois seulement qu’il est à la tête de l’hôtel». Par ailleurs, M. Tapsoba fait remarquer que Sopatel n’a pas respecté le cahier de charges qui dit qu’elle doit employer un groupe international. «Sopatel a essayé avec Golden Tulip, ça n’a pas marché, ils sont même allés en justice et Sopatel a perdu le procès. Et Sopatel recrute aujourd’hui des directeurs dont nous redoutons les capacités». Le personnel mécontent fustige les licenciements «abusifs» et le recrutement avec complaisance de l’actuel DG.

Arouna Ilboudo, anciennement contrôleur receveur et licencié de l’hôtel le Silmandé explique que c’est suite à un banal transfert de produit à un département consommateur qu’est survenu son problème. «Le nouveau DG qui veut travailler avec ses anciens collaborateurs avec qui il a déjà travaillé ailleurs. Et il nous l’a signifié le jour de sa prise de fonction où il a laissé entendre qu’il y a des têtes ici qu’il connait très bien parce qu’il a déjà travaillé à l’hôtel Azalaï avec certains.»

Et c’est ce licenciement qui a fait déborder le vase. En attendant la reprise du dialogue le mardi 2 mai, le personnel implore le concours du Naaba Nongr Masson duquel relève l’arrondissement dans lequel est situé l’hôtel pour un dénouement «heureux» de cette crise.

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé