Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record
Burkina: le Premier ministre souhaite la reprise des négociations avec le monde syndical avant la fin de l'année
UE: la présidente von der Leyen veut «un nouveau départ» pour l'Europe
Burkina: l’Opposition politique exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

SOCIETE

Des boites de conserves avariées ont été saisies dans la soirée du jeudi 27 avril 2017 par la police municipale dans un marché de la zone de Bendogo de l’arrondissement 10 de la ville de Ouagadougou. Cette saisie a été possible grâce à un appel anonyme. La boite de sardine était vendue à 150F. Ces produits ont été présentés à la presse ce vendredi 28 avril 2017.


Dans la cours de la Police municipale sis au quartier Patte d’oie, c’est une odeur nauséabonde qui accueille toute personne qui y va pour un papier quelconque. Une odeur dégagée par une imposante quantité de boites de sardines avariées saisies par les policiers. «Il s’agit d’un individu qui a appelé au niveau de notre poste de commandement opérationnel pour dénoncer une vente massive de sardines dans un marché dans la zone de Bendogo. Donc, nous avons déployé rapidement une équipe et quand l’équipe est arrivée, elle a constaté les faits ahurissants et naturellement, l’équipe n’avait que le choix de saisir », a expliqué le directeur général de la police municipale, Jean Marie Ouédraogo.

Mais, poursuit-il, « ce qui est très important, c’est que, quand l’équipe de la police a commencé à intervenir, la population elle-même s’est adjointe à la police pour saisir les sardines ». Ce qui est déplorable, ajoute le directeur de la police, «ce sont ces sardines là que nos enfants, nos petits frères pourraient consommer dans les différents établissements publics et secondaires. Une chose qui est très dangereux pour la santé».

Il a en outre informé l’opinion publique de la provenance inconnue d’une semi-remorque qui transporterait une grande quantité de sardines. Mais, selon M. Ouédraogo, la police mènera une enquête pour pouvoir mettre la main sur le véhicule en question. Donc, « nous interpellons tous ceux qui vont constater ce camion qu’ils appellent rapidement la police afin qu’elle agisse » a-t-il lancé.

Sur ces boites de conserves, la date de péremption est prévue pour 2019, mais comment cela s’explique qu’elles soient avariées ? Le directeur de la police explique : « nous avons essayé de nous renseigner avec les spécialistes et ils nous ont fait comprendre que, pour les boites de conserves, la date de péremption ne dépasse pas trois années et déjà quand vous prenez cette date (2019 ndlr), cela veut dire qu’il y a quelque chose qui cloche quelque part ».

Selon le directeur de la police, le maire de la ville a été touché et a demandé de passer l’information afin que tous ceux qui vont constater la vente de ces sardines qu’ils puissent interpeller les forces de défense et sécurité afin qu’elles puissent agir. Il a saisi l’occasion pour interpeller les populations d’être plus regardants.
Ces produits saisis seront incinérés le plus tôt possible car selon le DG, «si d’ici la mi-journée nous ne procèderons pas à l’incinération, ce n’est pas évident que nous puissions respirer dans cette cour. Il faut forcement faire incinérer » a-t-il dit.

La ligue des consommateurs du Burkina Faso, représentée par Assamiyou Compaoré, a félicité la Police municipale de ce travail et demande à la population de toujours dénoncer ce genre de faits malsain. «Si on ne dénonce pas, on va terminer dans les tombes et ce n’est pas intéressant ».  Pour ce qui est de l’incinération, « c’est le fautif qui prend les charges à 100% : c’est-à-dire que toutes les dépenses qui vont rentrer dans le cadre de l’incinération revient au fautif » a précisé M. Compaoré.
Les auteurs de ce forfait sont interpellés et sont à la disposition de la Police nationale à Bogodogo


Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé