Aujourd'hui,
URGENT
Colombie: victoire du candidat de droite, Ivan Duque à la présidentielle (RFI)
Inde: le gouvernement annonce la reprise des opérations militaires au Cachemire
Minefid: les syndicats maintiennent leur première semaine de grève du 18 au 22 juin 2018
Nigéria: au moins 31 morts dans des attaques suicide dans le nord-est
Burkina: plus de 6 milliards de FCFA de l’Union européenne pour booster le secteur de la culture (AIB)
Burkina: un policier a été tué et un assaillant neutralisé au cours de trois attaques perpétrées à l’Est et au Centre-est
RDC: Jean-Pierre Bemba accueilli en Belgique après son acquittement à la CPI
Nigeria: un trafic de sang démantelé à Lagos (RFI)
Burkina: l’Aid el fitr fêtée ce vendredi 15 juin 2018
Football: le Maroc annonce que le pays sera candidat à l’organisation de la Coupe du monde 2030

SOCIETE

Le Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, a reçu en audience le jeudi 20 avril 2017, une délégation de l’Union Police Nationale  (Unapol), conduite par son Secrétaire Général (SG), le Commissaire Wakilou Sénou.


A sa sortie d’audience, le SG de l’ Unapol a déclaré que : « La rencontre que nous venons d’avoir avec Monsieur le Ministre d’Etat est relative à la situation qui prévaut actuellement à la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS) et qui porte sur la question du Service Payé (SP). Monsieur le ministre nous a fait part de la rencontre qu’il a eue hier  avec l’Association professionnelle des Banques et Etablissements Financiers du Burkina. Rencontre au cours de laquelle, il a demandé à ces sociétés de présenter les contrats formels. Il leur a clairement indiqué que les sociétés qui ne disposaient pas de contrat formel, les prestations allaient être suspendues jusqu’à ce que des contrats puissent être établis. A ce niveau, c’est une garantie à laquelle les policiers tiennent. Il faut que les contrats  soient formels afin qu’une certaine transparence puisse être apportée à la gestion de la question du SP ».

L’autre point de la rencontre, selon le Commissaire Sénou, a concerné la Plateforme de l’ Unapol. « Nous sortons de l’audience quelque peu satisfait. Nous attendons de voir le déroulement des choses. Sinon, pour ce qui  nous a été dit, si les choses se mettent en branle, nous pensons  que la situation de la plateforme est en bonne voie. Maintenant nous attendons les résultats, pour confirmer  que l’acte aura été joint à la parole ».

Pour la suite, l’ Unapol dit attendre les contrats. En attendant, foi du SG du syndicat de la Police Nationale, « Le ministre nous a demandé que pour les sociétés disposant d’un contrat formel, que le service puisse reprendre à ce niveau. Maintenant pour les sociétés qui n’en disposent pas, les prestations vont être suspendues jusqu’à nouvel ordre ».

L’ Unapol qui soutient ne pas être l’instigateur du mouvement d’humeur,  a indiqué qu’elle peut  toujours contribuer à apaiser les choses, mais  précise que « cela dépend bien entendu  de la volonté de l’autorité politique et des mesures qui seront prises dans le sens de la satisfaction de ceux qui font montre de ce mouvement d’humeur ».

DCPM/Sécurité

Des mots pour le dire...

Sondage

Le 31 mai 2018, l’Assemblée nationale a adopté un nouveau code pénal qui abolit la peine de mort au Burkina Faso. Pour vous, c'est:

Rejoins-nous sur Facebook

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé