Aujourd'hui,
URGENT
HCR: le Burkina Faso accueille à ce jour près de 34.000 réfugiés dont 56% d'enfants.
Présidence : les rois de différentes localités reçus en audience le mardi 20 juin par Roch Kaboré.
Mali: une trentaine de morts dans des violences entre Peuls et Dogons dans le centre du pays.
Auto-emploi : le Programme d'autonomisation économique des jeunes et des femmes, crédité d'une enveloppe de 16,5 milliards de FCFA.
Auto-emploi : les jeunes et les femmes burkinabè invités à soumettre leurs demandes de financement dès le 26 juin.
Algérie: un père écope de 2 ans de prison ferme pour avoir suspendu son bébé dans le vide afin d’obtenir des «like» sur Facebook.
Ramadan: 462 infrastructures marchandes de Ouagadougou ont été contrôlées par le ministère du Commerce.
ONU : Zéphirin Diabré participe aux travaux de la 35ème session du Conseil des Droits de l'Homme actuellement à Genève, Suisse.
Centrafrique : accusés d’agressions sexuelles et de participation à des trafics, les Casques bleus congolais chassés de la Minusca.
Bac 2017: le doyen des candidats, Amadou Gazambé, 58 ans, passe l'examen pour la 11ème fois.

SOCIETE

Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique, Garde des sceaux, René Bagoro, a installé le nouveau Directeur général de la Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) dans ses nouvelles fonctions le mardi 11 avril 2017 à Ouagadougou. Géoffroy Yogo remplace ainsi feu Adama Rouamba, décédé en 2015.


C’est désormais Géoffroy Yogo qui tient les rênes de la GSP, en qualité de directeur général. Celui-ci a été nommé en conseil des ministres le 9 mars 2017. L’homme, qui était jusque-là inspecteur de sécurité pénitentiaire, a pris officiellement fonction ce mardi 11 avril 2017, à travers la cérémonie de passation de commandement, en présence du ministre de la justice.

Tout en saluant le travail abattu par ses prédécesseurs, le nouveau DG dit reconnaître l’ampleur des challenges qui se présenteront à lui. «Les défis qui se posent à nous sont énormes. On le sait, la plupart de nos établissements pénitentiaires ne sont pas conformes aux spécifications recommandées par les structures internationales. De ce fait, je me dois de travailler sur un plan architectural, qui véritablement répond aux spécifications techniques recommandées», a laissé entendre M. Yogo. Il souhaite également faire face à la question de «la population carcérale».

En outre, il a tenu à rassurer les uns et les autres, notamment la structure syndicale de la GSP, de sa «volonté d’établir un dialogue constant et franc, à travers les structures faitières de défenses des meilleures conditions de vie et de travail».

Toutefois, pour réussir ses missions, le nouveau directeur général de la GSP confie avoir besoin de l’accompagnement de partenaires techniques et financiers. C’est en cela qu’il a bien voulu saluer les actions déjà entreprises en vue du renforcement du cadre juridique de ce corps paramilitaire et aussi de ses capacités opérationnelles.

Natif de Koudougou, Géofroy Yogo, avec un CV bien rempli, est diplômé de mathématiques (il est doctorant) et en droit. Ce dernier a assuré plusieurs fonctions au sein de la GSP et même en dehors.