Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Les policiers radiés des rangs en 2011 ne sont pas contents des propos du ministre de la Sécurité, Simon Compaoré qui, lors d’une émission sur une chaine de télévision de la place, a traité ces derniers d’indisciplinés. C’est à travers une conférence de presse animé ce 11 avril à Ouagadougou que ces policiers ont exprimé leur colère.


Suite aux mutineries de 2011 au Burkina Faso, 136 policiers avaient été radiés de la police nationale le 7 mars 2012 pour « faits d’insubordination, de comportement attentatoire à l’honneur et à l’éthique du corps ». Ces policiers donnent régulièrement de la voix pour réclamer leur réintégration.

Et le 2 avril dernier, le ministre en charge de la Sécurité, répondant à la question d’un journaliste sur une possibilité de les mettre à contribution pour lutter contre le terrorisme, les a traités «d’indisciplinés». Une qualification qui n’a pas été du goût de ces policiers révoqués.

Pour le chargé de communication des policiers révoqués, Arnaud Francis Kinané, «les indisciplinés, ce sont les conseillers que le ministre a nommé, ce sont les personnes qui détournent les per diem de leurs subalternes. Les indisciplinés ce sont les personnes qui refusent de combattre l’injustice. Les indisciplinés, ce sont ceux qui ont affecté les agents qui ont retourné leur canon contre leur population.» M. Kinané invite le ministre à «remuer sept fois sa langue dans sa bouche quand il sera face aux médias».

Et, le chargé à la mobilisation, Oumar Junior Bahoro d’inviter le ministre de la Sécurité à ne plus les traiter d’indisciplinés. «S’il tient ce genre de propos encore la prochaine fois, nous viendrons dans son bureau pour lui répondre car nous ne voulons plus qu’il nous parle de la sorte», a-t-il prévenu.

En ce qui concerne leur réintégration qui est leur objectif primordial, M. Kinané a laissé entendre qu’ils se battront par tous les moyens pour l’obtenir car, ils la méritent.
Aux membres de la commission d’enquête sur les mutineries et du comité ad hoc, ces policiers radiés leur demandent d’œuvrer afin que les 136 révoqués retrouvent leurs métiers car, dit M. Kinané « ils sont tenus responsables de cette injustice qu’ils subissent avec leurs familles»

Les conférenciers du jour ont lancé un appel imminent au président du Faso de prendre une décision responsable allant dans le sens de la réintégration des militaires et policiers radiés car, « l’injustice est la source de tous les préjudices.»