Aujourd'hui,
URGENT
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants
Economie: le prix Nobel d'économie a été attribué à la Franco-Américaine Esther Duflo et aux Américains Abhijit Banerjee et Michael Kremer

SOCIETE

Les policiers radiés des rangs en 2011 ne sont pas contents des propos du ministre de la Sécurité, Simon Compaoré qui, lors d’une émission sur une chaine de télévision de la place, a traité ces derniers d’indisciplinés. C’est à travers une conférence de presse animé ce 11 avril à Ouagadougou que ces policiers ont exprimé leur colère.


Suite aux mutineries de 2011 au Burkina Faso, 136 policiers avaient été radiés de la police nationale le 7 mars 2012 pour « faits d’insubordination, de comportement attentatoire à l’honneur et à l’éthique du corps ». Ces policiers donnent régulièrement de la voix pour réclamer leur réintégration.

Et le 2 avril dernier, le ministre en charge de la Sécurité, répondant à la question d’un journaliste sur une possibilité de les mettre à contribution pour lutter contre le terrorisme, les a traités «d’indisciplinés». Une qualification qui n’a pas été du goût de ces policiers révoqués.

Pour le chargé de communication des policiers révoqués, Arnaud Francis Kinané, «les indisciplinés, ce sont les conseillers que le ministre a nommé, ce sont les personnes qui détournent les per diem de leurs subalternes. Les indisciplinés ce sont les personnes qui refusent de combattre l’injustice. Les indisciplinés, ce sont ceux qui ont affecté les agents qui ont retourné leur canon contre leur population.» M. Kinané invite le ministre à «remuer sept fois sa langue dans sa bouche quand il sera face aux médias».

Et, le chargé à la mobilisation, Oumar Junior Bahoro d’inviter le ministre de la Sécurité à ne plus les traiter d’indisciplinés. «S’il tient ce genre de propos encore la prochaine fois, nous viendrons dans son bureau pour lui répondre car nous ne voulons plus qu’il nous parle de la sorte», a-t-il prévenu.

En ce qui concerne leur réintégration qui est leur objectif primordial, M. Kinané a laissé entendre qu’ils se battront par tous les moyens pour l’obtenir car, ils la méritent.
Aux membres de la commission d’enquête sur les mutineries et du comité ad hoc, ces policiers radiés leur demandent d’œuvrer afin que les 136 révoqués retrouvent leurs métiers car, dit M. Kinané « ils sont tenus responsables de cette injustice qu’ils subissent avec leurs familles»

Les conférenciers du jour ont lancé un appel imminent au président du Faso de prendre une décision responsable allant dans le sens de la réintégration des militaires et policiers radiés car, « l’injustice est la source de tous les préjudices.»

 

 

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé