Aujourd'hui,
URGENT
France: le jihadiste français Fabien Clain, voix du groupe Daesh qui a revendiqué les attaques du 13 novembre, tué en Syrie (RFI)
Terrorisme: "la France peut intervenir militairement" à la demande du Burkina Faso selon l'Ambassadeur français à Ouagadougou (AIB)
Burkina: le gouvernement burkinabè compte rouvrir les écoles fermées à cause du terrorisme en mettant en route une stratégie
Etats-Unis: Bernie Sanders annonce sa candidature à la présidentielle
Burkina: le Premier ministre Christophe Dabiré obtient la confiance de l'Assemblée nationale avec 84 voix sur 127
RDC: Médecins sans frontières suspend ses activités dans la région de Masisi
Tapoa (Est): un commissariat et une école incendiés à Namounou, pas de perte en vie humaine (AIB)
CAN U20: les Aiglons du Mali sacrés vainqueurs après avoir disposé du Sénégal aux tirs au but (3-2) après un score d'un but partout
Mozambique: le fils de l’ex-président arrêté pour corruption
Burkina: 4 douaniers en service de contrôle routier à Nouhao à environ 10 km de Bittou et un civil tués au cours d'une attaque terroriste

SOCIETE

Depuis un certain temps, des rencontres, des messages et des appels incitant à la grève se font de plus en plus insistants, impliquant une suspension de cours dans les établissements secondaires de Bobo, à la date du mardi 11 avril 2017, relatif à l’affaire Mabucig (Manufacture burkinabè de la cigarette) en justice actuellement.


Mais les élèves de Bobo- Dioulasso, du moins l’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF), à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 6 avril 2017, met en garde contre « tout mouvement de grève, toute perturbation de cours en cette période de fin d’année et surtout des examens ».
Les élèves se démarquent de tout mouvement de grève de nature à perturber les cours et demandent à leurs camarades de poursuivre normalement les cours à la date du 11 avril.

L’AEEEF, selon son président Omar Traoré, s’est dit contre « la faillite d’une entreprise nationale… et l’asphyxie de notre économie », quoique le tabac soit nuisible, dit-elle. « Nous ne sommes pas prêts à mener une lutte qui sera à la base de la faillite d’une entreprise nationale afin de favoriser l’introduction de produits étrangers de qualité douteuse sur notre marché national, ce qui pourrait être à l’origine de l’asphyxie de notre économie et en mettant plus en jeu la santé de notre population », Omar Traoré.

Serge Maurille (correspondant à Bobo- Dioulasso)

FESPACO 2019

Sondage

Roch Kaboré a nommé un nouveau Premier ministre à un moment où le dialogue social, la relance économique et les défis sécuritaires s'imposent comme challenges. Christophe Dabiré sera-t-il l’homme de la situation?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé