Aujourd'hui,
URGENT
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)
Burkina: «Plus d'une dizaine de militaires» tués dans l’attaque de leur détachement
Soudan: le procès pour corruption d'Omar el-Béchir s'ouvre à Khartoum
Burkina: 270 776 personnes déplacées internes enregistrées à la date du 16 août, le plan d'urgence estimé à plus de 110 milliards de FCFA
Fada N'Gourma : décès de sa Majesté Kupiendieli, 31ème Roi du Gulmu, dans la nuit de vendredi 16 au samedi 17 août 2019. 
Soudan: le nouveau Premier ministre Abdalla Hamdok confirmé le 20 août

SOCIETE

Depuis un certain temps, des rencontres, des messages et des appels incitant à la grève se font de plus en plus insistants, impliquant une suspension de cours dans les établissements secondaires de Bobo, à la date du mardi 11 avril 2017, relatif à l’affaire Mabucig (Manufacture burkinabè de la cigarette) en justice actuellement.


Mais les élèves de Bobo- Dioulasso, du moins l’Association des élèves et étudiants pour l’émergence du Faso (AEEEF), à l’occasion d’une conférence de presse tenue le 6 avril 2017, met en garde contre « tout mouvement de grève, toute perturbation de cours en cette période de fin d’année et surtout des examens ».
Les élèves se démarquent de tout mouvement de grève de nature à perturber les cours et demandent à leurs camarades de poursuivre normalement les cours à la date du 11 avril.

L’AEEEF, selon son président Omar Traoré, s’est dit contre « la faillite d’une entreprise nationale… et l’asphyxie de notre économie », quoique le tabac soit nuisible, dit-elle. « Nous ne sommes pas prêts à mener une lutte qui sera à la base de la faillite d’une entreprise nationale afin de favoriser l’introduction de produits étrangers de qualité douteuse sur notre marché national, ce qui pourrait être à l’origine de l’asphyxie de notre économie et en mettant plus en jeu la santé de notre population », Omar Traoré.

Serge Maurille (correspondant à Bobo- Dioulasso)

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé