Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

SOCIETE

Le ministre de la Communication et des relations avec le Parlement, porte-parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a présidé, dans la soirée du jeudi 23 mars 2017, une conférence publique organisé par son ministère sur le thème : « Réseaux sociaux, pouls de l’opinion publique ou créneaux de non droit ? »



Le premier paneliste, Dr Cyriaque Paré, journaliste, enseignant-chercheur et fondateur de lefaso.net a entretenu le public sur le sous thème intitulé « Le journalisme à l’ère du numérique et des réseaux sociaux ». Le deuxième, colonel-major Mahamadi Aouba, commissaire de la commission de l’informatique et des libertés et spécialiste en sécurité informatique a disséqué le sous-thème portant : « l’impératif de la protection de la vie privée et des données à caractère personnel ».

Le troisième panéliste, Boureima Salouka a, quant-à-lui, animé le sous-thème : « les réseaux sociaux : plate-forme d’expression du citoyen-journaliste ? ». Le dernier communicateur, Moumouni Sibalo, substitut du procureur près le tribunal de grande instance de Ouagadougou a exposé sur « les régimes juridiques applicables aux réseaux sociaux ». Les échanges ont été modérés par Pr Serges Théophile Balima.

Dans l’ensemble, il ressort que les réseaux sociaux ont élargis les espaces d’expression et de liberté au Burkina Faso. Une chose salutaire. Mais tous les panélistes, tout comme le ministre en charge de la Communication, M. Dandjinou, ont relevé qu’il y a lieu de faire attention aux dérives qui peuvent nuire à autrui et rendre les auteurs coupables devant la loi.

Les participants ont salué la tenue de cette conférence et souhaité que de telles initiatives soient multipliées pour sensibiliser les utilisateurs des réseaux sociaux sur les dangers que les uns et les autres courent ou font courir à autrui. Et un des panélistes de faire observer que « ce qui est illégal hors ligne est illégal en ligne ».

DCPM/MCRP

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé