Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

SOCIETE

Le Syndicat national des agents des impôts et des domaines (Snaid), qui a entamé une grève de 120 heures depuis le 20 mars dernier, était face à la presse ce mardi 21 mars 2017 à Ouagadougou. L’objectif était de donner la «bonne information» au peuple burkinabè sur la grève en cours.


Selon le secrétaire général, Nongo Grégoire Traoré, après la suspension de son mot d’ordre de grève en décembre dernier, le Snaid a été reçu en audience le 23 décembre par le chef du gouvernement, Paul Kaba Thiéba. En fin janvier 2017, le Premier ministre devait les recevoir avec des propositions de solutions mais «à l’échéance, le Snaid n’a reçu aucun signe de la partie gouvernementale», déplore M. Traoré.

A l’en croire, ce n’est que le 8 février 2017 que des négociations autours des propositions à la plateforme minimale se sont ouvertes entre le Snaid et la Commission technique de négociation instituée par le PM. Mais, le Snaid a suspendu sa participation aux négociations parce qu’il s’est rendu compte dit-il, du «dilatoire» et du «refus manifeste» du gouvernement de se pencher sur les préoccupations des travailleurs des impôts, d’où le rétablissement du mot d’ordre de grève de 120 heures qui couvre la période du 20 au 24 mars sur toute l’étendue du territoire national.

Entre temps, le syndicat a été ce même mardi par le ministre en charge de la Fonction publique qui considère que la grève du Snaid est inopportune et lui demande de la suspendre avant toutes négociations. «C’était tout simplement une rencontre de mépris et de menaces», s’indigne M. Traoré qui estime que «les autorités font du dilatoire». «Le manque de ressources financières invoqué à longueur de journée par le gouvernement est juste un discours politique qui cache à peine l’absence de volonté du gouvernement à s’attaquer aux problèmes des travailleurs et du peuple burkinabè», a conclu le secrétaire général du Snaid.