Aujourd'hui,
URGENT
Gendarmerie : nommé chef d'Etat major il y a quelques jours, le colonel Tapsoba Omer a pris officiellement les commandes ce mardi 23 mai.
Bobo: le personnel de l'hôpital Sanou Souro en arrêt de travail pour protester contre l'agression d'un infirmier par un accompagnant de
Ramadan: l'observation du croissant lunaire marquant le début du jeûne prévue pour le 26 mai à la grande mosquée de Ouagadougou (FAIB).
Burkina : un piratage de masse de sites web du gouvernement burkinabè en cours (Lefaso.net)
Burkina : onze sites du gouvernement déjà tombés entre les mains de pirates (Lefaso.net)
Sissili: deux Koglwéogo tués jeudi à Silly, 24 de leurs engins incendiés lors d’un affrontement avec des bandits (AIB)
Ouaga: Des étudiants ont manifesté ce vendredi 19 mai devant le palais de justice pour exiger la lumière sur l’assassinat de Dabo Boukari
New York : la communauté burkinabè à nouveau dans la rue ce samedi 20 mai pour dénoncer l'agression de Souleymane Porgo et Faride Guiré.
Nobéré: six personnes tuées jeudi soir et 14 autres blessées dans un accident impliquant un minibus et un camion.
Mali : deux soldats burkinabè blessés lundi dans une nouvelle attaque du super camp de la Minusma à Tombouctou (Radio Oméga).

SOCIETE

L'Association Afrique contre le tabac (Aconta) était face à la presse ce vendredi 17 mars 2017 à Ouagadougou dans le but  d’attirer l’attention du gouvernement sur la «mauvaise foi» de l’Industrie du tabac dans l’application de l’arrêté portant fixation des modules d’application du décret portant conditionnement et étiquetage des produits du tabac au Burkina Faso.


Dans le litige qui oppose le ministère de la Santé à la Mabucig à propos de l’apposition des avertissements sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes, la Mabucig, selon le coordonnateur de l’association Aconta, Salif Nikièma, «ne joue pas franc jeu quand elle parvient à évoquer un règlement à l’amiable».

Pour lui, en principe le 7 avril 2016, la Mabucig devrait mettre les images sur les paquets de cigarettes. Mais, déplore-t-il, le constat était tout autre et devant ce refus, le ministère de la Santé a opté pour la voie judiciaire afin de contraindre l’industrie à appliquer l’arrêté sur les images. «Aujourd’hui, il est question d’un règlement à l’amiable pendant que l’affaire est pendante devant le juge» a relevé M. Nikièma.

Il a expliqué que les modalités de conditionnement, d’étiquetage et d’impression sur les paquets, les cartouches et les cartons ou toutes autres formes de conditionnement vendues au Burkina Faso ont été fixées par voie règlementaire par un décret de fin décembre 2011. De son avis, ce décret a été signé par le président du Faso, le Premier ministre, le ministre des Finances et celui de la Santé. «Le ministre de la Santé et celui du Commerce ont signé un autre arrêté pour appliquer la loi et le décret obligeant l’industrie à mettre les images sur les paquets de cigarettes» a précisé le coordonnateur de l’association.

Il dit ne pas comprendre qu’après toute cette procédure, l’industrie du tabac refuse d’appliquer les textes; d’où son inquiétude. Il demande au ministre de la Santé actuel d’écouter tous les acteurs de la lutte antitabac avant de se lancer dans un quelconque règlement à l’amiable.

A défaut que l’industrie obtempère sans délai de mettre les avertissements sanitaires graphiques sur les paquets de cigarettes, l’association Aconta souhaite que le droit soit dit car l’arrêté obligeant l’industrie à mettre ces images répond à une procédure.

Pour ce faire, Aconta appelle toutes les organisations sœurs et particulièrement la Ligue nationale des consommateurs et l’Union des associations de lutte contre le tabac à s’impliquer davantage afin que les textes protégeant les consommateurs contre le fléau du tabagisme s’appliquent comme prévus pour qu’ils impactent positivement sur la santé et font reculer la prévalence des maladies cancérigènes.