Aujourd'hui,
URGENT
Soudan: l‘économiste Abdallah Hamdok, ancien collaborateur des Nations unies, a prêté serment comme Premier ministre
Mali: 5 morts dans l'attaque d'un convoi militaire au centre du pays
Burkina: les cinq militaires portés disparus suite à l'attaque de Koutougou ont été retrouvés "tous vivants" (Armée nationale)
Kampti (Poni): 7 morts dans des éboulements de mines d’or artisanales
Etats-Unis: le FMI critique ouvertement la politique commerciale de Donald Trump
Cameroun: le chef des séparatistes anglophones condamné à la perpétuité
Italie: le président du Conseil Giuseppe Conte annonce sa démission
Ouagadougou: un important lot de poulets impropres à la consommation déversé à l’arrondissement 6, une enquête ouverte
Burkina: le bilan actualisé de l'attaque de Koutougou est de 24 militaires tués, 5 disparus et 7 blessés
Burkina: 40 terroristes tués après l’attaque de Koutougou (AIB)

SOCIETE

Ce mardi 7 mars 2017, l’heure était à l’action de grâce au temple du Centre international d’évangélisation / Mission intérieure africaine (CIE/MIA). Et pour cause, son fondateur, le pasteur Mamadou Philippe Karambiri célébrait un double évènement,  à savoir d’une part son 70e anniversaire de naissance. Et d’autre part, ses 40 années au service de Dieu.



C’est dans un esprit festif que la communauté chrétienne du CIE/MIA de Dassasgho, à Ouagadougou, s’est réunie autour de leur père spirituel, pour rendre grâce à Dieu, à l’occasion de la célébration des 70 ans et 40 ans de ministère de ce dernier. Au menu, prières, louanges, témoignages et partage.
C’est en 1987, précisément le 9 décembre que sera reconnue officiellement l’association cultuelle baptisée CIE/MIA. Et pour le coup, il revenait à l’homme de Dieu de marquer un arrêt, dans l’optique de dresser un bilan. « Il nous revenait à travers cette initiative de jeter un regard sur ce que nous avons vécu jusque-là. Mais également corriger ce qui n’a pas été bien. » Ces propos de l’hôte du jour montrent le bienfondé de cette action de grâce rendue au Seigneur.

L’ambition de ce septuagénaire est aussi de préparer le terrain de la succession à la jeunesse. A l’en croire, « à 70 ans certes nous ne sommes pas au terme de notre mission, mais il faut encourager les initiatives au profit de cette jeunesse qui prendra le relais sous peu, car un ancien qui ne veut pas laisser la place à un jeune, est un ancien un peu insensé. »  

Né le 7 mars 1947 à Tougan d’une famille musulmane, il a plu au Seigneur de se révéler à l’actuel pasteur Mamadou Philippe Karambiri, en juin 1973, alors qu’il était encore jeune étudiant en année de Licence d’économétrie  à Toulouse en France. Bien des années plus tard après sa conversion, et notamment en mai 1989 sortira de terre la première bâtisse du siège actuel du CIE/MIA. A partir des années 1990-1991, l’Eglise va commencer à étendre son rayon d’implantation à travers la capitale burkinabè d’abords, ensuite sur toute l’étendue du territoire national et enfin à l’échelle internationale. 

Pour le pasteur Mamadou Philippe Krambiri, à 70 ans de vie et à 40 ans de ministère, « le chemin est loin d’être terminé. » Et pour l’ensemble de la communauté, la prière est que Dieu lui permette encore « d’arracher des âmes  des griffes de l’esprit malin, d’instruire le peuple de Dieu, de motiver, d’encourager, d’éclairer la marche du peuple de Dieu et des nations. »

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé