Aujourd'hui,
URGENT
Cannes: la Palme d’or pour le «Parasite» de Bong Joon-ho, prodige sud-coréen
Justice: Maiza sérémé cède sa place à Harouna Yoda au TGI de Ouagadougou
France: explosion dans une rue piétonne à Lyon, six blessés, la piste du colis piégé privilégiée (parquet)
Chine-Burkina: «L’exportation des produits burkinabè vers  le marché chinois a augmenté de 300%» 
Royaume-Uni: la Première ministre Theresa May a annoncé ce vendredi 24 mai qu'elle quitterait ses fonctions le 7 juin prochain
Burkina: la société civile demande aux communes minières de suspendre toute collaboration avec les sociétés minières
Burkina: une performance globale de 63,3% enregistrée par les structures du Premier ministère en 2018
RCA: 34 personnes tuées dans des attaques du groupe armé 3R
Education: les syndicats de l’éducation lèvent leur mot d’ordre de boycott 
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois

Au centre, Daouda Ouattara, le coordonnateur des OSC spécifiques. (Ph. SM)

Avec l’entrée en vigueur  de la loi portant modification du prix du pain au Burkina Faso, certaines organisations de la société civile dites spécifiques de la ville de Bobo-Dioulasso sont montées au créneau pour mettre en garde les boulangers contre toute surenchère. Elles l’ont fait savoir au cours d’une conférence de presse tenue dans l’après-midi du vendredi 17 mars 2017 à la bourse du travail.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thièba, a procédé ce vendredi 10 mars 2017 à Ouagadougou à l’installation des membres de la commission interministérielle chargée de l’apurement du passif du foncier urbain. Ladite commission qui tire son fondement du décret adopté en Conseil des ministres de fin décembre 2016  est relative aux conclusions des travaux de la commission d’enquête parlementaire sur le foncier urbain pour la période de 1995 à 2015.

«Les lots aux heureux gagnants et les bénéfices à la Nation entière», ce slogan de la Loterie nationale burkinabè (Lonab), bien connu des Burkinabè, est plus qu’une réalité. En témoigne les différents dons de l’entreprise citoyenne qu’est la Lonab en direction d’organisations socioprofessionnelles et des différentes couches sociales. Ainsi sur l’initiative du Centre national des œuvres universitaires (Cenou), la nationale des jeux a offert 600 ordinateurs aux étudiants du Burkina Faso ce jeudi 9 mars 2017.

 

A l’occasion de la commémoration de la 160ème Journée internationale de la Femme et en relation avec le thème retenu au niveau national sur l’exclusion sociale, le personnel féminin de la gendarmerie nationale a offert du matériel et des vivres ce 8 mars 2017, d’une valeur de plus d’un million de F CFA. Le don était destiné à l’association «Réveillez-vous, bons citoyens» de Nonssin et au centre de Solidarité des femmes de Paspanga.

Ce mardi 7 mars 2017, l’heure était à l’action de grâce au temple du Centre international d’évangélisation / Mission intérieure africaine (CIE/MIA). Et pour cause, son fondateur, le pasteur Mamadou Philippe Karambiri célébrait un double évènement,  à savoir d’une part son 70e anniversaire de naissance. Et d’autre part, ses 40 années au service de Dieu.

Le Burkina Faso a commémoré ce mercredi 8 mars 2017 la 160e journée internationale de la femme. Placée cette année, au plan national, sous le thème de : « la valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes », la célébration officielle a eu pour cadre, l’avenue de l’indépendance de Ouagadougou sous la présidence de l’épouse du chef de l’Etat, Sika Kaboré.

Le personnel féminin de la Loterie nationale burkinabè (Lonab), a procédé ce  mardi 7 mars 2017 à la remise d’un don aux femmes atteintes de fistules obstétricales pris en charge par la Fondation Rama. Ce don d’une valeur de plus d’un million de francs CFA est constitué de vivres, de savons et de pagnes. Ce qui permettra à la fondation dirigée par Rasmata Kabré de prendre en charge les femmes victimes de fistules obstétricales et de prolapsus internées dans son centre d’accueil sis à Sabtoana, un village de la commune rurale de Komsilga.

Une mission gouvernementale composée du Ministre d’Etat, Ministre de la Sécurité, Simon Compaoré et du Ministre de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation, Jean-Martin Coulibaly, s’est rendue le lundi 06 mars 2017 dans la province du Soum. La délégation conduite par Simon Compaoré a présenté ses condoléances aux familles de l’enseignant, feu Salifou Badini et de feu Issa Douramani Tamboura (parent d’élève), visité le commissariat de Tongomayel et échangé avec les forces vives de la province du Soum, les enseignants ainsi que les forces de Défense et de Sécurité.

La coordination des syndicats de l’Education s’inquiète, dans la déclaration suivante, de la sécurité des enseignants dans le nord du pays, après les menaces et l’assassinat de l’un d’entre eux.

Les femmes du ministère des Affaires étrangères, de la Coopération régionale et des Burkinabè de l’extérieur ont organisé une cérémonie solennelle ce mardi 7 mars 2017. Ceci dans le cadre de la commémoration de la 160ème journée internationale de la Femme. A l’occasion, les femmes du MAECR ont interpellé les autorités de leur ministère à faire confiance davantage aux femmes pour l’avancée de la diplomatie burkinabè.

Les motos, tricycles, charrettes, véhicules ne doivent plus circuler de 17h à 6h du matin sur la bande de la frontière au Sahel, selon une décision du gouverneur de la région et relayée par la RTB-Radio.

 

Dans la déclaration ci-dessous, Laure Zongo/Hien, la ministre en charge de la femme présente la journée du 8-mars comme un moment idéal pour dresser le bilan des progrès réalisés tout en identifiant les difficultés auxquelles les femmes font face. Au niveau national, la réflexion est orientée cette année sur « la valeur morale de la personne humaine: responsabilité des communautés dans la lutte contre l’exclusion sociale des femmes ». Une thématique retenue, selon elle, à cause des chiffres alarmants de l’exclusion des femmes dans notre pays.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé