Aujourd'hui,
URGENT
Justice: les greffiers burkinabè suspendent leur «mouvement d’humeur» enclenché depuis près d'un mois
RDC: Sylvestre Ilunga Ilunkamba nommé nouveau Premier ministre
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Burkina: le barreau plaide pour une reprise des activités judiciaires
Ouagadougou: un présumé pédophile entre les mains des gendarmes (Mairie arrondissement 3)
Mali: les enseignants reprennent le travail après cinq mois de grève
Burundi: au moins 9 morts dans l'effondrement d'une mine de coltan à Kabarore
Fasofoot: Rahimo FC sacré champion national 2018-2019, Usco et Ajeb relégués en D2 
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)

Le Burkina Faso commémore ce dimanche 11 décembre 2016 le 56ème anniversaire de son accession à l’indépendance, sous le thème «Démocratie, défis sécuritaires et progrès économique et social». Cette célébration est un moment de souvenir et d’hommage à toutes les filles et les fils du pays qui ont sacrifié leur vie pour la liberté, mais également un moment d’engagement individuel et collectif, pour faire du Burkina Faso un havre de paix, une terre de solidarité et de fraternité.

Dans cette tribune, Cheick Kanté, le Représentant résident de la Banque mondiale au Burkina Faso, appelle l’ensemble des acteurs autour du financement du Programme national de développement économique et social (PNDES).

Ce samedi 5 décembre 2016, l’Association Faso Japon Solidarité (Afajaps) a procédé à la remise d’attestations de fin de formation au système 5S Kaizen à 21 élèves du Complexe Scolaire Ste Famille de Pissy à Ouagadougou. Cet acte, mené avec la collaboration de l’ambassade du Japon au Burkina Faso, marquait par la même occasion la clôture de cette première étape de l’implantation au Burkina Faso de ce concept nippon.

C’est assurément une bonne nouvelle pour le Burkina Faso, à la veille de la conférence des bailleurs de fonds qui s’ouvre ce 7 décembre à Paris dans le cadre du financement du Plan national pour le développement économique et social. Dans un communiqué rendu public le 5 décembre, l’agence de notation Standard and Poor’s reste optimiste quant à l’avenir économique du «pays des Hommes intègres».

Le cadre de concertation des ONG et associations actives en éducation de base (CCEB) a signé ce 6 décembre avec coopération autrichienne, une convention qui lui permettra de mettre en œuvre son Programme multi-acteurs d’appui à l’entreprenariat agro-sylvo-pastoral au profit de jeunes de quatre région du Burkina Faso.

L’Assemblée nationale a décidé de restituer les tablettes numériques au gouvernement à la suite de la polémique engendrée par ce geste. Dans ce communiqué de presse, l’institution s’explique.

Le Syndicat des travailleurs de l’action sociale (Syntas) appelle ses militants à observer un arrêt de travail de 48 heures à compter du 7 décembre 2016. Ce lundi en conférence de presse, ils ont exposé leurs revendications.

A l’issue d’une session plénière ce lundi 5 décembre 2016, les députés ont estimé qu’au regard de la polémique soulevée, les tablettes remises aux députés seront restituées au gouvernement, selon un député CDP joint au téléphone par Fasozine. «C’est une décision souveraine, on ne nous a pas imposé quoi que ce soit», assure ce député.

Prévu pour ce lundi, le procès de Safiatou Lopez, la présidente d’honneur du Cadre de concertation nationale des organisations de la société civile (CCNOSC), a été renvoyé au 16 janvier 2017 dans l’attente de la décision du 1er président de la cour d’appel sur la demande de récusation formulée par les avocats de Mme Lopez contre les juge en charge du dossier.

Après plusieurs rencontres de concertation, les jeunes de la ville de Boulsa et des personnes ressources de la localité ont décidé de manifester ce 5 décembre 2016 pour obtenir de l’Etat de meilleures conditions  de vie dans leur localité, rapporte l’Agence d’information du Burkina (AIB).

A quelques jours de l’ouverture de la conférence des partenaires du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES), prévue à Paris les 7 et 8 décembre prochains, le Premier Ministre Paul Kaba Thiéba, entouré d’une importante délégation gouvernementale présente dans la capitale française, ont fait le point, ce soir, de l’état d’avancement des préparatifs de cette importante rencontre.

A l’occasion de la cérémonie d’inauguration des infrastructures marquant la commémoration du 56èmeanniversaire de la souveraineté du Burkina Faso, et conformément à son slogan « les lots aux heureux gagnants, les bénéfices à la Nation entière », la Loterie nationale burkinabè (Lonab), ne voudrait être en marge de cette importante célébration. La nationale des jeux de hasard a donc décidé de réaliser des infrastructures à Kaya, chef-lieu de la région du Centre nord, au nombre desquelles la Maison de la Femme, le Village artisanal et l’Auberge de l’Appelé, pour répondre à son slogan. La cérémonie inaugurale de ces infrastructures a eu lieu  vendredi 2 décembre 2016 à Kaya en présence du directeur général de la Lonab, Lucien Carama, et du président du comité d’organisation desdites festivités, Simon Compaoré, par ailleurs parrain de la cérémonie.

 

Ces joyaux offerts par la Lonab sont de quatre types. Il y a la Maison de la Femme qui a été construite sur deux sites à hauteur de 500 millions de nos francs, selon le premier patron de la Lonab, Lucien Carama. La Lonab a réhabilité l’ancien bâtiment et construit un magasin de stockage, une infirmerie, un local d’hébergement et un mur de clôture. A cela s’ajoutent une salle de conférence, un local pour gardien, un mur de clôture et une cantine réalisés sur un second site. Pour la ministre en charge de la Femme, Laure/Zongo Hien, représentante de l’épouse du chef de l’Etat, ce joyaux apportera un plus à l’autonomisation des femmes en général et à celles de la ville de Kaya en particulier. Pour ce faire, elle a exhorté les Partenaires techniques et financiers à construire des Maisons de la Femme dans toutes les communes du Burkina Faso et à les rendre fonctionnelles.

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé