Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

Suite au remaniement gouvernemental intervenu le lundi 20 février dernier, Ablassé Ouédraogo, le président de Le Faso Autrement, dans cette déclaration postée sur sa page Facebook, a indiqué que « ce gouvernement ressemble d’ailleurs fort à de la provocation vis-à-vis des burkinabè ».

« Le 28 décembre 2016, le Président du Faso annonçait par « TWEET » une réorganisation de son gouvernement. 55 jours après cette annonce porteuse d’espoir pour un véritablement changement dans la gouvernance de notre pays, le Président KABORE sert aux Burkinabè un gouvernement « Mouta Mouta », qui n’apportera certainement pas de solution à la « Rochosité » aggravante que le Burkina Faso vit.

Le Président KABORE prend les mêmes et recommence dans l’esprit qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Le mauvais casting dans la formation du premier gouvernement Kaba TIEBA, fait par inexpérience, a été sciemment répété alors que notre pays va de plus en plus mal et attend d’autres perspectives. Le gouvernement « replâtré » nommé le 20 février 2017 n’est point la solution. 

 Ce gouvernement ressemble d’ailleurs fort à de la provocation vis-à-vis des burkinabè qui fondaient un grand espoir sur cette réorganisation du gouvernement annoncée par le Chef de l’Etat en fin 2016. Ce qui confirme le manque de leadership du Président KABORE, de plus en plus sourd aux souffrances et à la misère de son peuple. Roch KABORE démontre encore une fois qu’il n’est pas « la réponse » aux attentes et aux aspirations des burkinabè mais qu’il est plutôt le vrai « problème ». 

Le Burkina Faso a besoin d’une gouvernance responsable.

Ouagadougou, le 21 février 2017

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Président »

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé