Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

Le remaniement ministériel, tant attendu depuis deux mois, est finalement intervenu ce lundi 20 février 2017 avec quelques réaménagements dont le départ de deux ministres et l’arrivée de cinq autres. Il y a eu aussi la rotation de quelques postes ministériels. Sur la question, voici les avis de certaines personnalités.


Rasmané Ouédraogo, président de la Nouvelle alliance du Faso

«Je dois d’abord dire que c’est un fait historique que d’annoncer un remaniement deux mois avant. C’est une première. Revisitez l’histoire du monde, nulle part on a annoncé un remaniement deux mois avant. Et quand nous avons entendu cette annonce, nous avons perçu une inéquation à trois inconnues. La première, c’est comment remanier sans accélérer l’implosion de la majorité. La deuxième, comment remanier sans retarder voir compromettre la mise en œuvre efficace du PNDES. Et la troisième, c’est comment remanier et redonner espoir et espérance au peuple burkinabè. Est-ce que ce remaniement suscite espoir? Espérance ? Seuls les Burkinabè répondront. On a certainement évité l’implosion et nous pensons que les différents centres de décisions se sont neutralisés entre eux et que nous constatons ce que nous constatons.»

Paul Kaboré, président du mois des centrales syndicales

«Pour ce qui est de la formation du nouveau gouvernement burkinabè, nous pensons que c’est la peste qui a été remplacée par le choléra. La preuve, ce sont les mêmes personnes qui sont là-bas. Ils se sont réunis, ils ont fait leur remaniement. Ils ont affecté Paul là-bas, faire venir Jacques ici, c’est entre eux. Nous leur souhaitons un bon vent pourvu qu’ils puissent continuer ce dialogue inclusif, franc avec les travailleurs, et il faut que la population soit intégrée dans tout ce qu’ils feront.»

Mahamoudou Soulama, chef d’entreprise

«Cette recomposition de l'exécutif n'apportera aucune réponse au recul accusé par notre pays dans son développement, comme en témoigne le maintien très mal à propos de Simon Compaoré au ministère de la Sécurité intérieur. L'absence du Pr Filiga Michel Sawadogo de la nouvelle équipe ministérielle, au regard du reproche que nous lui faisions dans notre réflexion du 28 janvier 2017 dernier, se justifie conséquemment.»

Propos recueillis par  Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé