Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Le remaniement ministériel, tant attendu depuis deux mois, est finalement intervenu ce lundi 20 février 2017 avec quelques réaménagements dont le départ de deux ministres et l’arrivée de cinq autres. Il y a eu aussi la rotation de quelques postes ministériels. Sur la question, voici les avis de certaines personnalités.


Rasmané Ouédraogo, président de la Nouvelle alliance du Faso

«Je dois d’abord dire que c’est un fait historique que d’annoncer un remaniement deux mois avant. C’est une première. Revisitez l’histoire du monde, nulle part on a annoncé un remaniement deux mois avant. Et quand nous avons entendu cette annonce, nous avons perçu une inéquation à trois inconnues. La première, c’est comment remanier sans accélérer l’implosion de la majorité. La deuxième, comment remanier sans retarder voir compromettre la mise en œuvre efficace du PNDES. Et la troisième, c’est comment remanier et redonner espoir et espérance au peuple burkinabè. Est-ce que ce remaniement suscite espoir? Espérance ? Seuls les Burkinabè répondront. On a certainement évité l’implosion et nous pensons que les différents centres de décisions se sont neutralisés entre eux et que nous constatons ce que nous constatons.»

Paul Kaboré, président du mois des centrales syndicales

«Pour ce qui est de la formation du nouveau gouvernement burkinabè, nous pensons que c’est la peste qui a été remplacée par le choléra. La preuve, ce sont les mêmes personnes qui sont là-bas. Ils se sont réunis, ils ont fait leur remaniement. Ils ont affecté Paul là-bas, faire venir Jacques ici, c’est entre eux. Nous leur souhaitons un bon vent pourvu qu’ils puissent continuer ce dialogue inclusif, franc avec les travailleurs, et il faut que la population soit intégrée dans tout ce qu’ils feront.»

Mahamoudou Soulama, chef d’entreprise

«Cette recomposition de l'exécutif n'apportera aucune réponse au recul accusé par notre pays dans son développement, comme en témoigne le maintien très mal à propos de Simon Compaoré au ministère de la Sécurité intérieur. L'absence du Pr Filiga Michel Sawadogo de la nouvelle équipe ministérielle, au regard du reproche que nous lui faisions dans notre réflexion du 28 janvier 2017 dernier, se justifie conséquemment.»

Propos recueillis par  Ylkohanno Somé

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir