Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, n'a pas écarté un départ des forces spéciales françaises basées au Burkina Faso. Le contingent français installé dans la périphérie de Ouagadougou a eu ces dernières années un rôle clé dans la lutte contre le terrorisme au Sahel. 

La révision de la stratégie générale de la France en Afrique interroge toutes les composantes, « y compris les forces spéciales », a indiqué le ministre dans les colonnes du JDD. Dans l’entourage du ministre, on estime que dès lors que la présence de Sabre n'est pas secrète, « il n'y a pas de raison de ne pas en parler ».

Avec cette interview, le ministre met donc le départ des forces spéciales sur la table.

Dans le pays, la présence française a été vivement critiquée ces dernières semaines lors de manifestations antifrançaises à Ouagadougou. Et ces protestations ont été suivies de vives critiques du Premier ministre du Burkina Faso à l'égard des partenaires internationaux. « Les relations n'ont pas toujours été loyales », a-t-il lancé lors de son discours de politique générale, sans citer de pays.

La réponse de Paris n'a pas tardé: « Évoquer, en retour, un départ de la force Sabre, c'est une façon de mettre la pression sur le capitaine Traoré », lâche un proche collaborateur de Sébastien Lecornu.

Réorganisation du dispositif militaire français en Afrique

Reste que Sabre est un objet militaire bien particulier. Si le contingent n'est pas très important, environ 300 opérateurs, son implantation à Kamboisin est idéal pour ses missions: éliminer les cibles à haute valeur ajoutée des groupes terroristes qui évoluent dans la zone des trois frontières.

Pour les forces françaises, trouver une nouvelle base dans la région ne sera pas simple. Paris prévoit de faire évoluer l'ensemble de son dispositif militaire au Sahel et en Afrique de l'Ouest d'ici l'été prochain. Et dans ce cadre, le ministre des Armées est attendu sur place début 2023 pour évoquer la question.

« Nous travaillons à une organisation du format de nos bases militaires existantes. Elles devront garder certaines capacités, pour protéger nos ressortissants par exemple, mais aussi se tourner davantage vers la formation des armées locales », a également expliqué M. Lecornu. Et d'ajouter : « Il n'est plus question de lutter contre le terrorisme "à la place" de nos partenaires, mais de le faire avec eux, à leurs côtés », indique-t-il.

RFI