Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

En séjour en terre nigérienne, le dimanche 11 septembre 2022, le Président du Faso, le Lieutenant-colonel Pau-Henri Sandaogo DAMIBA, a échangé avec la communauté burkinabè vivant au Niger. Il a expliqué les raisons de sa visite à Niamey et est revenu sur les grands axes de la Transition en cours au Burkina Faso.

« Je suis venu partager un certain nombre d’éléments avec la communauté burkinabè vivant au Niger », a-t-il indiqué à l’entame de ses propos. Il a expliqué à ses compatriotes être venu remercier l’ancien Président nigérien, Mahamadou ISSOUFOU, pour son rôle de facilitateur de la CEDEAO dans la situation difficile que traverse le Burkina Faso, et partager un certain nombre de préoccupations sécuritaires avec les « frères du Niger ».

Le Président du Faso a rassuré ses interlocuteurs que la Transition en cours au Burkina Faso vise uniquement à rechercher la paix et la sécurité pour la mère patrie, le Burkina Faso. « Pour le moment la Transition se déroule avec des difficultés mais nous avons espoir. Nous sommes venus pour faire un travail. Les populations les plus sincères savent qu’un travail est fait sur le terrain. Il y a des résultats que nous arrivons à avoir. Cela est satisfaisant pour nous. Nous avons engagé des actions militaires, mais il y a une nouvelle dynamique que nous avons engagée aussi et qui produit des résultats, à savoir le dialogue avec ceux qui ont pris les armes contre le pays », a-t-il clarifié. 

Le Chef de l’Etat a souligné que la crise que connaît le Burkina Faso n’est pas le fait des étrangers mais plutôt de nos propres frères burkinabè et il faut que les Burkinabè se parlent pour rechercher des solutions, d’où l’option de dialogue. « On combat ceux qui ne veulent pas déposer les armes et on invite les autres à venir déposer les armes », a fait savoir le Président DAMIBA.

Il a invité les Burkinabè vivant au Niger à apporter leurs contributions dans la recherche de la paix au Burkina Faso. « C’est le moment de parler, de vous engager pour que la paix revienne », a dit le Président du Faso.

Répondant aux questions de ses frères et sœurs burkinabè dont celle relative à la coopération avec les puissances étrangères, il a réaffirmé que le Burkina Faso a opté de nouer des relations avec tout partenaire capable de l’aider à retrouver la paix et la sécurité.

Il a enfin demandé à ses compatriotes de respecter les lois et règlements du Niger, leur pays d’accueil. « On souhaite que votre intégration dans la société nigérienne soit la plus parfaite possible. Ce qui est interdit par le pays d’accueil, il faut faire en sorte de ne pas enfreindre cela », a-t-il recommandé à ses compatriotes avant de prendre congé d'eux.

Direction de la communication de la Présidence du Faso