Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Selon ce communiqué des avocats de l'ancien président Blaise Compaoré, celui-ci- sera absent du procès de l'affaire Thomas Sankara qui doit s'ouvrir le 12 octobre prochain.

Le Président Blaise Compaoré ne se rendra pas -et nous non plus - au procès politique organisé à son encontre devant le Tribunal militaire de Ouagadougou, c’est-à-dire devant une juridiction d’exception.

Cette décision s’inscrit dans la logique :

de la procédure qui ne lui a pas été rendue contradictoire, du fait de la carence de la juridiction d’instruction, laquelle ne l’a jamais nl convoqué pour un Interrogatoire, ni ne lui a jamais notifié aucun acte sinon sa convocation finale devant la juridiction de jugement ;

• et de l’immunité dont il bénéficie en tant qu’ancien chef de l’Etat, du fait de l’article 168-1 de la Constitution du Burkina Faso, introduit par la loi constitutionnelle du 11 juin 2012, signée par le Président Roch Kaboré, alors Président de l’Assemblée Nationale.

Cette décision s’inscrit dans la continuité :

du procès dit des ministres, où nous, avocats burkinabè et français, avions participé à la première journée d’audience le 4 mai 2017 pour dénoncer une série de nullités de procédure, lesquelles ont conduit à un renvoi qui a démontré qu’il ne s’agissait que d’une mise en scène politique et non d’un procès équitable impossible à organiser, et qui d’ailleurs depuis lors n’a jama1S été audiencé ;

• de la délivrance à l’encontre du Président Blaise Compaoré d’un mandat d’arrêt International, lequel a été annulé par la Cour de cassation du Burkina le 28 avril 2016, de telle sorte qu’il n’est aujourd’hui visé par aucun mandat d’arrêt International.

En tout état de cause, si le Président Blaise Compaoré ne reconnaît pas la justice du Président Roch Kaboré, il demeure confiant en la justice Internationale :

la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a condamné le Burkina Faso le 28 mars 2014 dans l’affaire Norbert Zongo, tout en considérant que « les autorités concernées n’ont jamais cherché à poursuivre d’autres pistes d’investigations que les milieux du pouvoir en place », disculpant son frère François Compaoré ;

• la Cour européenne de Strasbourg qui, par une mesure d’urgence Inédite, s’est opposée à l’extradition de son frère le 6 août 2021, eu égard aux incertitudes qu’offre présentement le Burkina en terme de protection des droits de l’homme.

Le Président Compaoré, loin de tourner le dos à ses responsabilités, appelle de ses vœux, l’union nationale contre le terrorisme •a la réconc• • tion nationale au nom des valeurs su du pays.

 

Maître Abdoul Ouedraogo

67, boulevard Malesherbes - 75008 Paris I T. : +33 (0)1 47 23 47 24 | F. : +33 (0)1 47 23 90 53 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. I

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir