Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 15 personnes tuées lundi dans un attentat dans l’Etat de Borno.
Football: le Burkina saisit le TAS contre la décision de la FIFA sur la reprise du match Afrique du Sud-Sénégal.
Côte d’Ivoire : de nouveaux affrontements ont opposé lundi les policiers aux étudiants à Abidjan.
Justice: l'audience sollennelle de rentrée aura lieu le 2 octobre 2017 à 10 heures dans la salle des banquets de Ouaga 2000.
PAE/JF : les premiers chèques du Programme d’Autonomisation Economique des Jeunes et des Femmes remis mardi prochain.
Putsch du RSP: l'audience de confirmation des charges a été renvoyée au 6 octobre par la justice militaire.
Assemblée: le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, reçu en audience vendredi par le président du Parlement, Alassane B. Sakandé.
Aziz Istanbul:  les travailleurs souhaitent la reprise des activités de ce restaurant fermé après l'attaque terroriste du 13 août 2017 (19 morts)
Côte d'Ivoire: 3 000 bacheliers de s'inscrivent dans les universités du Burkina.
Côte d'Ivoire: 3 000 bacheliers de s'inscrivent dans les universités du Burkina

POLITIQUE

Les premiers responsables de la Coalition pour la démocratie et la réconciliation nationale (Coder), ont tenu une rencontre avec leurs représentants siégeant au parlement le mardi 14 février 2017 à Ouagadougou. A l’occasion, il était question d’échanges en vue de définir la conduite à tenir permettant de parvenir à une réconciliation nationale. 


Il semble de toute évidence que la question de la réconciliation nationale, est une chose à laquelle tient énormément la Coder. A cet effet, par la voix de Me Gilbert Ouédraogo, président de l’ADF-RDA, cette coalition fait savoir qu’elle compte mener des actions allant dans ce sens. Au menu, il est prévu des  échanges avec des personnalités morales et publiques qui certainement aboutiront à la tenue d’un forum pour la réconciliation nationale. « Ce forum a pour but d’unir notre démarche, de nous entendre sur un minimum consensuel sur comment aller à la réconciliation nationale », précise Me Gilbert Ouédraogo.

C’est donc cette vision que la Coder a bien voulu partager avec les députés issus de leur rang. « Il est temps aujourd’hui de faire ce travail avec nos élus dans le processus de la réconciliation nationale »,  a confié le président de la Coder, qui a insisté sur le fait que ces élus locaux ont un rôle important à jouer dans cette démarche. Parce que « s’il arrive que le dialogue produise des effets, à savoir le règlement des différends, il y a souvent la nécessité d’adopter de nouvelles lois pour permettre à tout le monde de se mettre d’accord ». Voilà où se situe le rôle que doivent jouer les députés, à en croire Me Ouédraogo.

En outre, ce rendez-vous voulu par les responsables de la Coder, a pour but de donner d’une part la parole aux députés de leurs partis respectifs. Et d’autre part, travailler à ce que ces derniers se fassent les porte-voix au sein de la représentation nationale, chose primordiale à l’effectivité de la réconciliation nationale à tous les niveaux, après l’adoption d’une procédure commune de réconciliation nationale en leur sein.

Guy Serge Aka

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Des mots pour le dire...

Sondage

Selon vous, Bala Alassane Sakandé est véritablement la personne qu’il faut pour présider l’Assemblée nationale.

Publicité

Rejoins-nous sur Facebook

Publicité

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé