Aujourd'hui,
URGENT
Cyclisme: le Burkinabè 🇧🇫Paul Daumont nominé pour le prix du meilleur cycliste africain de l'année.
États-Unis : Donald Trump autorise le processus de transition vers une administration Biden.  
Burkina: un citoyen américain abattu le 21 novembre 2020, devant le camp Baba Sy de Ouagadougou.      
Burkina: l’Union africaine appelle à des élections apaisées et transparentes. 
Burkina: 860 villages et secteurs ne pourront pas prendre part au scrutin couplé. Cela représente environ 370 000 Burkinabè.
Burkina: 6 490 144 électeurs appelés aux urnes ce dimanche 22 novembre 2020 pour élire le président et les 127 députés pour 5 ans. 
Justice: 4 des 7 prévenus relaxés pour faits non constitués dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS.     
Procès CNSS: Norbert Zèda, ex DRH, écope de 30 mois ferme et 5 ans d’interdiction d’exercer dans la fonction publique. 
Justice: Daniel Sawadogo, ex chef de personnel écope de 20 mois ferme et 5 ans d’interdiction dans la fonction publique (procès CNSS). 
Justice: Natacha Ouédraogo, épouse de l’ex DRH écope de 12 mois ferme dans le procès du recrutement frauduleux de la CNSS. 

POLITIQUE

Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, représentant le président du Faso a procédé le vendredi 30 octobre 2020, au Monument aux héros nationaux à Ouaga 2000 au dépôt d’une gerbe de fleurs en hommage aux héros nationaux. La cérémonie commémorative s’est déroulée en présence des membres du gouvernement, des représentants des familles des victimes. 

Cette commémoration de l’an 6 de l’Insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et du Putsch manqué du 16 septembre 2015 s’est voulu sobre et a été marquée par une minute de silence. Le cérémonial a débuté avec le retentissement de la sirène à 10 heures, symbolisant l'heure à laquelle est tombée la première victime lors de l'insurrection populaire, l’observation d’une minute de silence et le dépôt de gerbe de fleurs par le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré qui a représenté le président du Faso.

«Six ans après ces tragiques événements, le devoir de mémoire commande que nous marquions un arrêt pour leur rendre un vibrant hommage et leur dire qu’ils ne seront jamais oubliés. C’est aussi le moment de leur dire que la nation entière est reconnaissante du sacrifice suprême qu’ils ont consentis pour une cause juste», a indiqué le Premier ministre.

Il n’a pas manqué de renouveler le réconfort du président du Faso et du gouvernement à l'endroit des familles endeuillées mais aussi de ceux qui portent les stigmates de cette lutte. Christophe Joseph Marie Dabiré a également salué la mémoire des disparus et souhaité une prompte guérison aux blessés qui en portent toujours les séquelles.

Au nom des victimes et parents des victimes de cette lutte, le président de l’Union des familles des martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, Victor Pouhaloulabou a souligné que les disparus ne sont pas morts pour rien.

Ils sont morts pour que triomphe la démocratie au Burkina Faso. Il a dit cependant déploré que les dossiers des blessés et des victimes de l’Insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et du Putsch manqué du 16 septembre 2015 n'aient toujours pas connu un dénouement.

Direction de la Communication et de la presse ministérielle MATDC

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir