Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

POLITIQUE

L'officier ayant conduit l'opération entrainant la mort de 7 personnes près de Tanwalbougou le 29 juin a été́ relevé́ et mis aux arrêts, selon nos confrères de radio Omega qui cite des sources militaires.  

L'officier ayant conduit l'opération entraînant la mort de 7 personnes près de Tanwalbougou le 29 juin a été́ relevé́ et mis aux arrêts, selon nos confrères de radio Omega qui cite des sources militaires.  

Si ces sources n’ont pas dévoilé l'identité́ de cet officier, la radio croit savoir qu’il a le grade de capitaine.

«Suite  à une opération militaire menée le 29 juin dans la localité de Boumoana, près de Tanwalbougou, 7 corps d’individus morts par balle auraient été découverts à la lisière de la localité», indiquait un communiqué du ministère de la Défense publié jeudi.

Selon le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC), ces personnes avaient été enlevées par les Forces de défense et de sécurité. Elles avaient ensuite été retrouvées mortes, vraisemblablement tuées par balles quelques kilomètres plus loin. 

Le ministère de la Défense avait assuré que, «si la responsabilité d’éléments des FDS était établie, les auteurs répondront de leurs actes conformément aux lois et règlements qui régissent les forces armées nationales». 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir