Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Suite à une polémique qui alimente la presse et les réseaux sociaux au Burkina Faso ces derniers jours, le président Roch Marc Christian Kaboré, a son retour du sommet du G5 Sahel le lundi 7 février 2017, a écarté toute idée de se procurer un nouvel avion présidentiel.


«C’est une polémique qui se mène, mais je voulais qu’on sache qu’en aucun moment, le président du Faso que je suis, n’a engagé un débat pour le changement de l’avion présidentiel», a déclaré le président du Faso à l’aéroport international de Ouagadougou le lundi soir.

Le chef de l’Etat burkinabè qui était de retour de Bamako (Mali) où il a pris part à un sommet ordinaire des pays du G5 Sahel, répondait ainsi, aux hommes des médias qui s’inquiétaient de l’état défectueux de l’avion présidentiel.
Tout en précisant que le jour où « Le Pic du Nahouri » sera dangereux pour la vie du président, il sera laissé au sol, Rock Marc Kaboré ajoute : «Si j’avais peur de prendre cet avion, je n’allais pas rentrer dedans.»
 

«Je puisse vous assurer qu’au regard du contexte du Burkina Faso, vous pouvez compter sur moi pour ne pas engager des frais de prestige pour le président du Faso», a poursuivi le président du Faso.
Rappelons que dans sa livraison du vendredi dernier, le quotidien burkinabè « L’Observateur paalga » avait évoqué la situation de l’avion présidentiel qui montrerait «des signes d’essoufflement». Suite à cette publication, certains internautes ont estimé que pour une «question de souveraineté», le président de Faso devrait changer urgemment l’avion présidentiel pendant que d’autres pensent que changer l’avion présidentiel ne devrait pas être ni une priorité, encore moins une urgence, au regard de la situation économique difficile du pays. Mais pour le président du Faso, «la polémique peut maintenant s’arrêter».

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir