Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Le comité de pilotage de la stratégie nationale de la prévention, de la radicalisation et de la lutte contre l’extrémisme violent a présenté le jeudi 30 avril 2020 à Ouagadougou leur rapport à mi-parcours au ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale (MATDC), Siméon Sawadogo.

L’avènement de la radicalisation et de l’extrémisme violent coïncide au Burkina Faso avec les attaques terroristes.

C’est pourquoi Le gouvernement burkinabè, pour faire face à cette situation a, au cours du Conseil des ministres du 25 avril 2018, autorisé l’élaboration d’une stratégie nationale de prévention et de lutte contre l’extrémisme violent au Burkina Faso.

Le MATDC, Siméon Sawadogo s’est dit satisfait du niveau de production du comité d’élaboration de la stratégie nationale de la prévention, de la radicalisation et de la lutte contre l’extrémisme violent. Il les a encouragé à adjoindre à la stratégie proposée, un plan d’actions opérationnel en vue de parer à l’urgence.

«J’exhorte le consultant ainsi que son équipe qui ont présenté un diagnostic suivi des propositions de solutions dans la lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent, à nous proposer dans l’urgence un plan d’actions qui puisse nous aider à sortir de l’ornière», a-t-il laissé entendre.

«Cette étude qui est menée dans l’espace du G5 Sahel, nous commande de nous concerter entre Etats de cet espace afin que l’application des recommandations qui en sont issues soient soit la plus efficace possible», a ajouté le MATDC. 

Pour le consultant, Sadou Sidibé, le diagnostic de l’étude sur la stratégie nationale de lutte contre la radicalisation et l’extrémisme violent fait ressortir entre autres causes de radicalisation, les conflits fonciers, les conflits entre agriculteurs et éleveurs, les conflits liés à la chefferie traditionnelle et à l’orpaillage.

Au nombre des solutions retenues et applicables dans l’urgence, il peut être noté la nécessité de dépolitiser l’administration, d’aller vers une gestion vertueuse de l’Etat, de veiller à policer le discours politique et d’améliorer la gestion du foncier,...

Il faut noter que les prochaines étapes pour la finalisation de la stratégie consisteront entre autres à la production du rapport diagnostic, la validation du document au niveau du comité de pilotage, l’atelier national de validation.

 

DCPM/MATDC

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir