Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

POLITIQUE

Au cours d’un point de presse animé mardi 18 février 2020 par Jean-Hubert Bazié, président de L’Espoir et Adama Séré, président du RDEBF, l’opposition politique burkinabè a embouché la même trompette que le Pr Etienne Traoré, qui  demande au président du Faso de rappeler le Médiateur du Faso à l’ordre, par rapport à son «activisme politique contraire à son statut».

En fin de semaine dernière, le Président du parti Burkina Yirwa, le Professeur Etienne Traoré, membre de la Majorité présidentielle, a écrit une lettre ouverte au Chef de l’Etat, relative à l’immixtion de l’actuel Médiateur du Faso, dans les affaires politiques.

Dans cette lettre, le Professeur Traoré s’interroge: «Peut-on faire de la politique partisane tout en étant Médiateur du Faso, comme le fait Madame Séré Saran? Assurément non, si on respecte les textes en vigueur, comme l'ont fait tous les prédécesseurs de Madame Séré Saran à ce poste.»

Etienne Traoré a donc demandé au Président du Faso d’appeler le Médiateur du Faso à l’ordre, par rapport à son activisme politique contraire à son statut, et qualifiée, nous le citons, de «tricherie» et de porteur de «malheurs éventuels».

«Cette interpellation du Professeur Etienne Traoré fait écho à d’autres formulées par des citoyens, notamment sur les réseaux sociaux, pour dénoncer le mélange de genres auquel s’adonne Madame Séré. Cette fois-ci, la dénonciation vient de la Majorité présidentielle elle-même. L’Opposition politique n’est donc pas dans une posture partisane», affirment les membres du CFOP.

Déjà, ajoutent-ils, «à la nomination de Madame Saran Séré au poste de Médiateur, beaucoup de Burkinabè s’en étaient inquiétés en raison de son statut de chef de parti. Il est désormais hors de doute qu’une confusion s’est installée de par son activisme politique en faveur de son parti, ou au profit du Président du Faso et de la Majorité, jetant ainsi du discrédit sur une fonction jusque-là très respectée».

«La République fonctionne selon des règles, des principes et des valeurs. Le Professeur Etienne Traoré a posé un problème qui doit être examiné et résolu : un Médiateur de la République ne saurait être un acteur partisan du jeu politique», concluent-ils.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir