Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

Dans ce communiqué parvenu à la rédaction de Fasozine, le secrétaire général de l’Union pour le progrès et le Changement (UPC) de Bagré , Moussa Zabsonre "accuse fermement" le premier responsable de la section Bagré du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) d’être à l’origine du saccage de la gendarmerie et de la libération des présumées exciseuses.

« Le 20 janvier 2017, la Gendarmerie de Bagré (province du Boulgou) a été alertée sur une séance d’excision de six petites filles à Bagré-village. 

Le Commandant de Brigade a donc procédé à l’interpellation d’une présumée exciseuse et de ses complices. Parmi les complices interpellées figure la fille du Secrétaire général du MPP/Bagré, M. Kirgahon DABONE dit Osé. 

C’est ainsi que le 26 janvier dernier, des groupes d’individus menés par le premier responsable du MPP dans la commune, s’en sont pris aux locaux de la Gendarmerie dont ils ont défoncé la porte et des fenêtres après avoir agressé les gendarmes. Ayant réussi à libérer les personnes gardées à vue, ils ont saccagé les pare-brise de deux véhicules de la brigade et quatre motos des gendarmes. 

Dans le désordre qu’ils ont créé, ces groupes d’individus projetaient d’incendier la mairie de Bagré dirigée par l’Opposition. C’était la deuxième fois, puisque pareille tentative de réduire en cendres la mairie avait échoué le jour de la mise en place de l’exécutif municipal.  Les manifestants envisageaient également d’incendier le siège de Bagrépôle, sous prétexte que ce projet les aurait privés de leurs champs. 

Suite aux enquêtes, le Secrétaire général du MPP/Bagré et sa bande ont été interpellés. 

L’UPC/Bagré condamne fermement ces violences insensées organisées par les représentants locaux du parti au pouvoir. Elle déplore le fait que ces cadres du MPP soutiennent l’excision, une atteinte au droit de la femme punie par la législation en vigueur dans notre pays. 

Par ailleurs, la sous-section de l’UPC à Bagré tient l’opinion publique à témoin de ces faits graves. Elle invite le MPP, parti qui se dit attaché à la dignité de la femme et à la cohésion sociale, à prendre diligemment des sanctions à l’encontre de ses représentants à Bagré impliqués dans une campagne d’excision et dans une agression organisée contre les forces de l’ordre".»

Bagré, le 03 février 2017

Le Secrétaire général de l’UPC/Bagré

Moussa ZABSONRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir