Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Le maire de la commune de Djibo, par ailleurs député à l’Assemblée nationale, Oumarou Dicko, a été assassiné le dimanche 3 novembre 2019 par des hommes armés non identifiés avec trois de ses compagnons. Après cet assassinat, la première d’un élu national, la classe politique nationale a réagi et a condamné un « acte ignoble »

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré dans sa réaction sur Twitter et sur sa page Facebook,  a condamné cet assassinat. Pour le Chef de l’Etat, « le dessin de assassins est de détruire les fondements de paix, et de cohésion sociale de notre pays. Plus que jamais, ils nous imposent la guerre ». « Mes pensées vont aux familles de toutes les victimes de cette barbarie, ainsi qu'à la population de la ville de Djibo et de la province du Soum. Je reste convaincu que notre peuple, en dépit de ces terribles épreuves, triomphera de l'hydre terroriste » a indiqué le président du Faso.

Le président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a quant à lui qualifié cet assassinat d’ « odieux et lâche».  «Tout en condamnant cette barbarie que rien ne saurait justifier, j'exprime, au nom de L'Assemblée nationale et au mien propre, mes condoléances les plus attristées et ma totale solidarité avec les familles des victimes. Cette attaque rappelle tragiquement la folie meurtrière qui anime les commanditaires et les auteurs des actes terroristes contre notre chère patrie. En ces moments tragiques, j'appelle les Burkinabé à rester unis et forts » a t-il écrit sur sa page Facebook. 

Un communiqué de l’Assemblée nationale a précisé que le programme des obsèques et la cérémonie d’hommage sera communiqué ultérieurement.

Le Chef de file de l’Opposition politique, Zéphirin Diabré a également condamné cet assassinat du député maire, qui était de l’opposition politique car militant du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).  «Je présente mes sincères condoléances aux familles éplorées, au CDP (parti du député-maire) et à la population du Soum. En tant que maire, l'honorable Dicko a été très courageux et a vécu les peines de ses administrés jusqu'au sacrifice suprême. Que la terre libre du Burkina lui soit légère ! » s’est exprimé M. Diabré.

Le Mouvement du Peuple pour le progrès (MPP), dans une déclaration a appelé  à l’union sacrée de la classe politique burkinabè « pour faire pièce à l’hydre terroriste et soulager les populations de déplacements forcés, loin de leur base sociale ».

« Qu’on ne s’y méprenne pas, les terroristes ne sont ni les alliés des peulhs, ni des mossis, ni des musulmans ni des chrétiens, ni des personnes de l’Ouest ou de l’Est. Ils cherchent à installer la culture de la banalisation du sang humain et de la vie humaine afin de démolir ce que nos ancêtres ont su construire pendant des millénaires : le socle de nos valeurs humaines et humanistes de respect de la vie humaine, de tolérance et de savoir vivre ensemble » a déclaré le parti au pouvoir.

Le Premier ministre, Christophe Dabiré et le ministre en charge des Affaires étrangères, ont aussi réagi à cet assassinat. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir