Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

A partir du 1er novembre 2019, dans trois jours précisément, le Burkina Faso va basculer dans la Télévision numérique de terre(TNT). Dès cette date, le signal de l’analogie sera coupé au profit de celui du numérique.

Pour évoquer une fois de plus la question, le ministre en charge de la Communication, porte-parole parole du gouvernement, Rémis Fulgance Dandjinou a reçu des journalistes de la RTB télé et radio dans la soirée du mardi 29 octobre 2019.

Face aux hommes des médias, il a notamment expliqué les enjeux du passage à la télévision numérique et lancé un message aux médias burkinabè.

Passage obligé pour l’ensemble des pays, la TNT demeure, dit-il, une chance pour les médias burkinabè d’avoir des contenus de qualité et diversifiés, avec des options de couverture nationale ou régionale du territoire sans oublier le passage à la 4G.

Pour accompagner les médias qui auraient pu faire face à des grosses sommes d’argent pour le financement, le gouvernement burkinabè, appuyé par ses partenaires, a consenti de nombreux efforts.

En termes de chiffres, un média qui envisage une couverture intégrale du territoire aura à débourser annuellement 75 millions de FCFA. Pour ce qui est des couvertures régionales, Ouagadougou et Bobo-Dioulasso se distinguent des autres régions. Pour la diffusion à Ouagadougou, la présence d’un média sur la TNT lui coûtera 40 millions de FCFA l'an tandis qu’à Bobo-Dioulasso, il aura à payer 20 millions de FCFA. Et c’est ainsi dégressif en fonction de la taille de la zone de diffusion.

Les médias confessionnels ou communautaires, quant à eux, pourront bénéficier de réduction de 20% sur les montants imposés aux autres types de médias.

Pour permettre à la SBT de fonctionner correctement et d’assurer la continuité de son service, Rémis Dandjinou a invité les médias à respecter leurs engagements.

Il les a également exhortés à s’investir dans la production de contenus de qualité et attractifs afin de gagner la bataille du contenu liée à la concurrence du numérique.

DCPM/Ministère de la Communication et des

Relations avec le Parlement 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir