Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

POLITIQUE

Ceci est un message du ministre en charge de l’éducation nationale, Stanislas Ouaro,  à l’endroit des acteurs de son département en ces débuts de vacances scolaires. Il y dresse le bilan des examens scolaires dont les résultats sont en deçà des attentes.

Mesdames et messieurs les acteurs de l'éducation,

En ces débuts de vacances, je tenais à m’adresser à vous pour vous assurer de mon plein soutien dans votre action au service des élèves et vous souhaiter de passer de très bonnes vacances

Avant tout propos, j'ai une pensée pour tous les acteurs de l'éducation victimes du terrorisme dans notre pays.

En effet, depuis l’année scolaire 2017-2018, le système éducatif est victime d’attaques terroristes marquées par des destructions d’infrastructures éducatives et de matériel pédagogique et didactique, des menaces, des enlèvements voire même des assassinats de personnel éducatif. Ces attaques ont entraîné la déscolarisation de plusieurs centaines d’enfants et affecté plus de neuf mille enseignants. Malgré ce lourd tribut payé, notre système éducatif reste debout grâce à l'abnégation et au patriotisme de tous les acteurs.

Je voudrais également féliciter tous les acteurs qui malgré les conditions difficiles et les contraintes sécuritaires ont travaillé à ce que nous puissions organiser les examens scolaires dans toutes les provinces du Burkina. Cet engagement nous a permis d'engranger les résultats suivants:

Au niveau de l'enseignement général, le taux de réussite au BEPC au niveau national est de 26,62% et celui du CEP au niveau national est de 55,11% cette année.

En ce qui concerne l'Enseignement et la FormationTechnique et Professionnelle, le taux de réussite national est de 46,86%.

Les filières commerciales ont enregistré 38,68% de taux de succès alors que les industrielles ont obtenu 52,09%.

Certes ces résultats sont en deçà de nos attentes, mais compte tenu des circonstances que nous avons citées plus haut, il convient de louer le courage des acteurs et de travailler à inverser la tendance les années à venir.

Toutefois ces résultats nous interpellent à tous les niveaux. Il est grand temps que nous puissions nous remettre donc au travail.

Face à une dégradation tendancielle de nos valeurs morales et sociales, marquée par l’effritement de la cellule familiale, la perte de solidarité, la disparition de l’hospitalité qui caractérisait le burkinabè, la baisse du civisme et de l’amour pour la patrie…, chaque acteur de développement doit reconsidérer son rôle et se poser comme un défenseur redoutable des valeurs républicaines et sociétales.

Le défi que l’école doit relever aujourd’hui, demeure la reconquête de nos valeurs et la recherche de contenus adaptés aux réalités socioculturelles et économiques de notre société afin que chacun de ses produits sortants soit capable de se prendre en charge et de contribuer à l’édification nationale. En plus donc de former, l’éducation doit être une prospective, c’est-à-dire une recherche permanente de formules nouvelles pour éviter que le citoyen ne soit en déphasage avec son époque.

Votre mission est essentielle. L’ensemble du pays, l’ensemble du ministère et moi-même devons être à vos côtés pour son accomplissement. C’est le sens de mon action et de ma relation avec vous. 

Je vous prie de croire, Mesdames et messieurs les acteurs de l'éducation, à ma grande considération.

Pr Stanilas OUARO

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé