Aujourd'hui,
URGENT
Terrorisme: "importante saisie d’armes" par la Force conjointe du G5 Sahel à la frontière entre le Niger et le Tchad
Maroc: le roi gracie la journaliste Hajar Raissouni, condamnée à un an de prison pour avortement illégal
Coopération: le Ghana offre au Burkina 110 millions F CFA pour  soutenir ses efforts dans la gestion de la crise humanitaire
Inde: New Delhi lance un plan de lutte contre la pollution
Burkina: le rapport d’activités 2018-2019 du Haut Conseil du Dialogue social remis au président du Faso
Tunisie: Kaïs Saïed élu président avec 72,71 % des voix (Officiel)
Justice: l'audience du procès de l'affaire dite charbon fin de nouveau renvoyée au mardi 17 décembre 2019
Côte d'Ivoire: Guillaume Soro, candidat à la présidentielle de 2020 
Burkina: la 21 JNLP se tiendra du 18 au 20 octobre sous le thème:«Comment consolider la liberté de la presse face à la menace terroriste ?»
Politique: le CDP va organiser un congrès extraordinaire pour lever les différentes sanctions prises à l'encontre des différents militants

POLITIQUE

«Le recours du Général Diendéré Gilbert est recevable mais mal fondé». C’est l’avis du Conseil constitutionnel du Burkina Faso, qui a rendu le 23 juillet 2019 sa décision concernant le recours introduit par les conseils du général Gilbert Diendéré aux fins de déclaration d'inconstitutionnalité de l'article 67 du code pénal burkinabè ancien.

Le 15 juillet 2019, date à laquelle devaient commencer les plaidoyers de la défense, les avocats du général Diendéré ont annoncé qu’ils avaient déposé une «question prioritaire d'inconstitutionnalité». «

Le tribunal doit, sans chercher à apprécier, surseoir à appliquer les dispositions qui posent problème et saisir le Conseil constitutionnel qui doit statuer dans un délai maximum d'un mois», expliquait Me Mathieu Somé, un des avocats du général Gilbert Diendéré.

Ils espéraient ainsi voir déclarer l’Article 67 du Code pénal ancien contraire à la Constitution burkinabè. L’objectif de la requête était d’écarter les infractions liées aux conséquences prévisibles du coup d’Etat.

Il s’agit singulièrement des infractions de meurtres et de coups et blessures volontaires retenues contre plusieurs accusés sur lesquels le Parquet s’appuyait pour réclamer la prison à vie pour celui qui est présenté comme le cerveau du putsch.

En attente de la décision du Conseil constitutionnel sur cette exception, le Tribunal avait renvoyé  l’audience au lundi 29 juillet prochain à 9h.

Rappelons qu’au total, 84 accusés sont jugés depuis février 2018 pour ce coup de force de l'ex Régiment de sécurité présidentiel (RSP) contre les autorités de la Transition, qui avait fait 14 morts et 270 blessés au Burkina Faso.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La Fédération burkinabè de football a choisi de confier le poste de sélectionneur des Etalons "A" à Kamou Malo, faisant ainsi confiance à l’expertise nationale. Cette décision, selon vous, est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé