Aujourd'hui,
URGENT
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   
Niger: 6 Français et 2 Nigériens tuées dimanche par des hommes armés dans la zone de Kouré (sud-ouest du Niger). 
Tapoa: 5 personnes enlevées samedi sur l'axe Fada-Kantchari par des hommes armés ont été retrouvées saines et sauves dimanche. 
Bobo Dioulasso: 850 élèves de l’Enam en formation militaire au Groupement d’instruction des forces armées.
Fada: l’explosion d’un pneu provoque une débandade au marché de bétail. 
Covid-19: les cas confirmés en Afrique dépassent la barre du million. 
Burkina: la Semaine nationale de la culture ne se tiendra pas en 2020 à cause de la Covid-19 (ministre de la Culture).
Liban : au moins quatre Burkinabè blessés dans l'explosion survenue au port de Beyrouth (bilan provisoire). 

POLITIQUE

«Le recours du Général Diendéré Gilbert est recevable mais mal fondé». C’est l’avis du Conseil constitutionnel du Burkina Faso, qui a rendu le 23 juillet 2019 sa décision concernant le recours introduit par les conseils du général Gilbert Diendéré aux fins de déclaration d'inconstitutionnalité de l'article 67 du code pénal burkinabè ancien.

Le 15 juillet 2019, date à laquelle devaient commencer les plaidoyers de la défense, les avocats du général Diendéré ont annoncé qu’ils avaient déposé une «question prioritaire d'inconstitutionnalité». «

Le tribunal doit, sans chercher à apprécier, surseoir à appliquer les dispositions qui posent problème et saisir le Conseil constitutionnel qui doit statuer dans un délai maximum d'un mois», expliquait Me Mathieu Somé, un des avocats du général Gilbert Diendéré.

Ils espéraient ainsi voir déclarer l’Article 67 du Code pénal ancien contraire à la Constitution burkinabè. L’objectif de la requête était d’écarter les infractions liées aux conséquences prévisibles du coup d’Etat.

Il s’agit singulièrement des infractions de meurtres et de coups et blessures volontaires retenues contre plusieurs accusés sur lesquels le Parquet s’appuyait pour réclamer la prison à vie pour celui qui est présenté comme le cerveau du putsch.

En attente de la décision du Conseil constitutionnel sur cette exception, le Tribunal avait renvoyé  l’audience au lundi 29 juillet prochain à 9h.

Rappelons qu’au total, 84 accusés sont jugés depuis février 2018 pour ce coup de force de l'ex Régiment de sécurité présidentiel (RSP) contre les autorités de la Transition, qui avait fait 14 morts et 270 blessés au Burkina Faso.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir