Aujourd'hui,
URGENT
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré interpellé par la police 
Economie: la Chine veut apporter plus d'opportunités à la croissance économique mondiale
Education: le Burkina veut rendre effective l’obligation de la scolarisation des enfants de 06 à 16 ans d’ici à 2030
Burkina: hausse du taux brut de scolarisation au primaire passant de 33,8% en 1994 à 88,5% en 2017 (Officiel)

POLITIQUE

L'opposition politique burkinabè, au cours d'une conférence de presse tenue ce mardi 23 juillet 2019 à son siège, s'est dite satisfaite de la tenue du dialogue politique qui a connu son épilogue le lundi 22 juillet dernier au palais présidentiel.

Il ressort de cette conférence de presse animée par le Chef de file de l'opposition politique (Cfop) Zéphirin Diabré que plusieurs points exposés à ce dialogue politique initié par le Chef de l'État ont fait l'objet de consensus. Seule la question de l'utilisation de la carte consulaire comme document d'enrôlement et de votation pour les Burkinabè de l'étranger est le seul point non consensuel relevé à ce dialogue politique. 

Pour M. Diabré, il reste à mettre en pratique les points ayant obtenu consensus pour le bien du pays. « Ce qui est en jeu, ce ne sont pas nos intérêts en tant que politiciens mais surtout, l'avenir de notre pays. Nous avons participé à ce dialogue en toute bonne foi. Nous avons joué notre partition. Il appartiendra désormais au pouvoir en place de traduire les engagements pris en réalité par des actes concrets pour donner tout son sens à ce dialogue conformément aux engagements de l'Etat » a souligné le Chef de file qui précise que, les participants notamment ceux de l'opposition ont émis un plaidoyer à l'attention des plus hautes autorités du pays. 

Concernant la santé du Général Djibril Bassolé qui est souffrant et qui souhaite pouvoir disposer de disponibilité ou de possibilité pour aller se soigner, l'opposition a souhaité que les plus hautes autorités de l'Etat, surtout le Chef de l'État, prennent cette question humanitaire à bras le corps et permettent au général d'aller se soigner. « Pour nous, c'est non seulement humanitaire mais ça va en droite ligne d'une démarche de vérité » avoue le chef de file qui dit être content, en tant qu'opposition, que beaucoup de points qui relevaient de leurs revendications aient obtenu l'assentiment des différentes composantes.

Mais pour l'opposition, « cela ne doit pas être interprété comme une pose d'armes de l'opposition ou une raison pour l'opposition de se taire quand ça ne va pas ». Sur ce point, Zephirin Diabré se veut on ne peut plus clair: « C'était un dialogue républicain. Chacun dans son rôle mais, il ne faut pas penser un seul instant que le fait qu'on ait participé à ce dialogue veut dire que l'opposition va baisser les bras chaque fois qu'il y a une critique à formuler. Alors pas du tout. La majorité continuera à gouverner et nous continuerons de jouer notre rôle de veille et de critique constructive pour le bien de notre nation. L'opposition politique continuera sa mission en vue de la conquête du pouvoir d'Etat (…) C'est l'occasion pour nous de remercier encore la majorité pour son esprit de concession ou de retenue sur un certain nombre de questions autour desquelles nous avons échangé et dont le consensus vraiment nous fait plaisir » a fait savoir M. Diabré. 

 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé