Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: 32 terroristes neutralisés dans les régions du Centre-nord et du Nord
Sécurité: le Nigeria, le Bénin et le Niger lancent des patrouilles communes aux frontières
Burkina: l'opposition politique demande la levée "pure et simple" de la suspension de trois mois du FPR
5e RGPH: 5 229 contrôleurs et 20 916 agents recenseurs prêts pour l’opération de dénombrement qui débute ce 16 novembre
Niger: après trois ans d'absence, l'opposant Hama Amadou est rentré dans son pays ce jeudi 14 novembre
Burkina: le cyber-activiste Naïm Touré relâché «sans aucune charge»
Burkina: le Front patriotique pour le renouveau (FPR), parti d'opposition, du Dr Aristide Ouédraogo suspendu pour 3 mois
RDC: la France annonce 65 millions d'euros d'aides au pays
Football: les Étalons du Burkina font match nul (0-0) face à l'Ouganda au titre de la 1re journée des éliminatoires de la Can 2021
Coopération: l’Algérie prête à mettre son expérience à la disposition du Burkina dans la lutte contre le terrorisme

POLITIQUE

Dans ce communiqué de presse, le Chef de file de l’Opposition politique estime que la mort en cellule des 11 personnes gardées à vue dans l’Unité anti-drogue (UAD) de la Police nationale traduit « l’échec de la politique judiciaire et carcérale du Burkina ».

Par voie de presse, l’Opposition politique burkinabè a appris avec désolation que le 15 juillet 2019, 11 personnes gardées à vue sont décédées dans les locaux de l’Unité anti-drogue (UAD) de la Police nationale, à Ouagadougou. 

L’Opposition politique présente ses sincères condoléances aux familles des victimes et exige que justice soit faite sur cette affaire dans les meilleurs délais. 

L’Opposition prend acte du fait que le commandant de l’Unité anti-drogue et la directrice de la Police judiciaire aient été relevés de leurs fonctions. Ces mesures prises à titre conservatoire sont utiles mais insuffisantes. En effet, ce drame traduit l’échec de la politique judiciaire et carcérale au Burkina Faso. Les syndicats de la Police nationale et de la Garde de sécurité pénitentiaire ont d’ailleurs attiré l’attention du Gouvernement sur ce sujet, à plusieurs reprises. 

C’est pourquoi l’Opposition politique exige le jugement de ce crime et la prise de sanctions exemplaires à l’encontre, non seulement de ceux qui ont commis une faute professionnelle, mais aussi des autorités politiques dont la responsabilité est engagée. 

L’Opposition politique burkinabè réitère son attachement au respect de la vie humaine et des Droits humains. Tout le monde peut se retrouver en prison : les forts comme les faibles, les coupables comme les innocents. Et, dans un Etat de droit, les personnes accusées bénéficient de la présomption d’innocence et ont le droit de vivre. 

Ouagadougou, le 18 juillet 2019

Le Chef de file de l’Opposition politique

Zéphirin DIABRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé