Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, prend part ce mardi 30 juin 2020 à à un sommet G5 Sahel-France. 
Tchad: le président Idriss Deby élevé au rang de Maréchal par les députés. 
Burkina: le gouvernement commande 2 700 tonnes de riz pour faire face à la crise humanitaire.
Santé: la République démocratique du Congo déclare la fin d'Ebola à l'est du pays. 
Burkina: le musicien Smarty devient le tout premier Ambassadeur de bonne volonté́ de l’Unicef au Burkina. 
Burkina: le gouvernement et ses partenaires vont injecter 5,2 milliards FCFA dans 12 projets afin de promouvoir l’agriculture contractuelle
Fichier électoral  : le top départ pour l'enrôlement du Centre donné, les équipes d'enrôlement vont officier sur la région du 23 juin au 9 juillet 2020
Burkina: lancement ce 23 juin 2020 des examens franco-arabes du CEP et BEPC. 12 500 candidats concernés par les deux examens.
Covid-19: le grand pèlerinage à la Mecque (Arabie saoudite) aura lieu, mais avec un nombre "très limité" de fidèles. 
Covid-19: le porte-parole du gouvernement, Remi Dandjinou annonce la réouverture prochaine des frontières terrestres et aériennes du Burkina

Image d'illustration

POLITIQUE

A l’occasion de sa prestation de serment le vendredi 12 juillet dernier, le tout premier Directeur général de la Caisse des dépôts et consignations du Burkina Faso a répondu à la polémique liée à sa nomination comme Directeur général alors qu’il a occupé pendant près de trois ans le poste de Chef de gouvernement.

« Lorsque le 18 janvier 2019, j'ai été déchargé de ma fonction de Premier ministre, j'avais effectivement la possibilité de retourner à la BCEAO et de continuer ma carrière là-bas en tant que fonctionnaire. Mais, lorsque le président du Faso m'a proposé de venir travailler sur ce projet qu'est la Caisse des dépôts et consignations, je n'ai même pas hésité une seconde, je n'ai même pas pensé à autre chose. J'ai entendu des considérations protocolaires à droite et à gauche mais, j'ai été surpris. Pour moi, il n'y a pas de sot métier. Pour moi, pour servir son pays et contribuer à son développement, il n'y a pas de petits métiers. Et je suis convaincu qu'à la place que le président du Faso m'a confiée, je peux apporter quelque chose parce qu’il faut comprendre le rôle et l'impact d'un système financier efficace, moderne, efficient et l'impact que cela pourrait avoir sur le développement d'un pays. Quand je dis qu'il y a des pans entiers de nos communes qui sont sous financés, c'est une réalité. Et il faut des institutions financières pour les prendre en charge. (...) Pour moi, c'est un travail suffisamment important qui va m'occuper (Ndlr parlant ici de ses nouvelles fonctions de directeur général) que d'autres considérations comme les honneurs qui sont secondaires par rapport à la satisfaction que l'on peut ressentir et apporter quelque chose. Et au soir de sa vie, de savoir qu'on a apporté quelque chose à son pays. C'est cela qui est le plus important ».

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir