Aujourd'hui,
URGENT
Afrique: 45 millions de personnes menacées par la famine en Afrique Australe
Médias: le Synatic annonce un sit-in (22 et 23 janvier) et une grève générale de 48 heures (du 29 au 30 janvier 2020)
Burkina: le tribunal militaire a condamné lundi 13 janvier 2020 les accusés à payer 947 279 507 FCFA aux victimes du putsch manqué de 2015.
Burkina: les autorités coutumières et religieuses «lancent un appel à l’union et à la cohésion nationale»
Burkina: le gouvernement crée la Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité pour lutter contre les infractions liées aux TIC
Brexit: les députés britanniques valident l'accord négocié par Boris Johnson
Burkina: 8 143 pèlerins burkinabè ont effectué le hadj 2019 au cours duquel six décès ont été constatés
Burkina: 233 heures de coupures d’électricité en 2018 contre 155h en 2017 (AIB)
Pétrole: la Chine ouvre son secteur pétrolier aux entreprises étrangères (RFI)
Angola: 41 morts dans des pluies torrentielles en moins de 24 heures (Africanews)

POLITIQUE

Après les plaidoiries de la partie civile, c'était au tour du parquet militaire de faire les réquisitions de peines. Cela a pris toute la journée du lundi 17 juin 2019. Les peines requises par le ministère public vont de 15 mois avec sursis à la peine d'emprisonnement à perpétuité.

Le parquet demande au juge de prononcer une peine d'emprisonnement à vie pour les généraux Gilbert Diendéré et Djibril Yipénè Bassolé. Il demande également de retirer les grades des 2 généraux. Le général Gilbert Diendéré est poursuivi pour attentat à la sûreté de l'Etat, meurtre, trahison et coup et blessures. Le général Djibril Yipénè Bassole lui est poursuivi pour complicité d'attentat à la sûreté de l'Etat, meurtre, trahison et coups et blessures. 

Le parquet demande également au juge de prononcer une peine de cinq ans de prison assortis de sursis  contre le Colonel major Boureima Kéré, l’ancien député Salifou Sawadogo, Léonce Koné et Herman Yameogo. Ils sont poursuivis pour complicité d'attentat à la sûreté de l'Etat. Le ministère public requiert également 10 ans d'emprisonnement ferme pour le journaliste Ouédraogo Adama dit Damiss. Lui est poursuivi pour complicité d'attentat à la sûreté de l'Etat, meurtre, coups et blessures.

Le parquet militaire a par ailleurs déclaré non établi en fait et en droit les charges contre le colonel Bationo Omer et le capitaine Ouédraogo Seydou Gaston pour coups et blessures et a donc réclamé leur acquittement.

Me Guy Hervé Kam (avocat des parties civiles) et Me Olivier Yelkouni (avocat de la défense) se sont prononcés après la réquisition des peines du parquet militaire. Pour Guy Hervé Kam, : « Les réquisitions des peines du parquet nous ont un peu surpris, dans la mesure ou le parquet a requis tant et tant de peines pour tel accusé sans nous dire pourquoi telle peine a été requise pour telle personne. Les regards sont tournés maintenant vers la juridiction, nous espérons qu'elle au moins à travers sa décision saura pourquoi tel accusé a telle peine et non telle autre peine ». « La perpétuité proposée, c'est l'avis du parquet. C'est le tribunal qui décide donc en toute indépendance. La perpétuité ne peut pas m'émouvoir. Je vais prendre tout mon temps pour expliquer au tribunal ce que j'ai à dire », a  laissé entendre pour sa part Me Yelkouni.

L'audience a été suspendue et reprendra le jeudi 27 juin 2019 avec les plaidoiries de la défense.

 

               

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé