Aujourd'hui,
URGENT
Soum: le grand imam de la ville de Djibo a été enlevé ce mardi 11 août 2020 à la mi journée (infowakat.net). 
Sport: la jeunesse de Tampouy rend hommage au défunt journaliste Yannick Sankara à travers le tournoi "Génération consciente". 
Politique: la réception des dossiers de candidature à la présidentielle de 2020 au Burkina Faso fixée du 28 septembre au 3 octobre.
Burkina: un syndicat de journalistes dénonce des intimidations sur les travailleurs des médias publics. 
Culture: le Fonds de soutien du président du Faso aux acteurs culturels reçoit les dossiers de candidature à partir du 12 août 2020. 
Armée: 2250 nouveaux soldats présentés au drapeau le 7 août 2020, au camp militaire Ouezzin-Coulibaly de Bobo-Dioulasso.
Burkina: un rassemblement de soutien à Blaise Compaoré interdit à Ouagadougou. 
Agriculture: les parasites, notamment les chenilles légionnaires, ont été maîtrisés à 98% dans la region du Sud-Ouest (Directeur régional).
Covid-19: l’ambassade de Chine au Burkina offre 10 000 masques et 20 thermomètres au ministère de l’Education nationale.   
Burkina: la police met fin aux activités d’un réseau de présumés malfrats dans la ville de Ouaga détenant 509 cartes bancaires.   

POLITIQUE

Au cours d’un point de presse tenu ce mercredi 29 mai 2019 à Ouagadougou, le Coordonnateur national du Cadre d'expression démocratique (CED), Pascal Zaïda a dénoncé, « l'impuissance et le laxisme » des autorités actuelles à faire face à la dégradation continuelle du système sécuritaire. Et il s’est également prononcé sur plusieurs sujets d’actualité.

Selon Pascal Zaïda, l’exclusion est à la base de toute dégradation sociale dans un Etat donné. S'agissant spécifiquement du Burkina Faso, le coordonnateur du CED a précisé que les terroristes ont utilisé cette faille qui est l’exclusion sociale parce que, avance t-il « nulle part au monde on peut exclure quelqu’un sur la base de son opinion politique. La vengeance n'a jamais servi de base pour atteindre un objectif social ».

De son avis, la question sécuritaire aujourd’hui a amené le MPP à voir des experts, des spécialistes afin de repousser la date des élections. Et comme argument avancé, selon toujours M. Zaïda, « le pays est envahi, donc on ne peut pas tenir les élections. Partout dans le monde entier, souligne t-il, « une crise sécuritaire n’a jamais empêché la tenue d’une élection ».  

« Si les élections ont lieu, le peuple pourrait renouveler soit sa confiance au pouvoir actuel soit sur une autre personne qui pourrait venir mettre fin à ce désordre sécuritaire. Nous sommes informés que tous les plans sont mis en œuvre pour que l’élection présidentielle n’ait pas lieu en 2020 à cause de la question sécuritaire » s'offusque M. Zaïda en insistant que, « les élections doivent se tenir coûte que coûte, vaille que vaille à la bonne date parce qu'elles sont une unique occasion pour le peuple de choisir des leaders conséquents... ».

Entre autres points abordés au cours de cette conférence de presse est la santé du Général Djibril Bassolé. A en croire M. Zaïda, le pouvoir Kaboré semble peser de tout leur poids pour empêcher que Djibril Bassolé bénéficie de soins appropriés. « Tout est fait comme si sa mort était la chose la plus souhaitée. Le Général souffre d'un cancer et pourrait succomber si des soins appropriés et spécialisés ne lui sont pas administrés rapidement. Il est inadmissible que nous en arrivons là » a déploré M. Zaïda.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir