Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: le président du Faso, chef suprême des armées, a réuni ce 23 mai 2020, une session du Conseil supérieur de la défense nationale. 
Guinée: décès à Conakry ce 22 mai 2020 à l’âge de 70 ans, du musicien Mory Kanté, connu pour son titre à succès "Yéké Yéké".  
Burkina: l’ppposition politique exige la levée du couvre-feu instauré depuis le 21 mars dernier dans le cadre de la lutte contre la Covid’1
Covid-19: Des taximen de Ouaga souhaitent faire passer le prix de la course de 300 à 500 FCFA à cause la limitation du nombre de passagers 
Eau: en 2019, le gouvernement a construit 506 km de réseau d’adduction d’eau potable et 188 bornes fontaines en milieu urbain (DSN/PM).
Santé: 150 médecins spécialistes, 500 généralistes, 50 pharmaciens généralistes et 10 pharmaciens spécialistes formés en 2019 (DSN/PM).
Santé: le gouvernement a réalisé 59 CSPS, normalisé 67 autres, lancé les travaux du CHR de Manga et inauguré le CHR de Ziniaré (DSN/PM). 
Burkina : 5 lycées professionnels -1 en finition-, 2 lycées techniques et 8 lycées scientifiques-2 en finition- réalisés en 2019 (DSN/PM). 
Education: 2 578 salles de classes dont 1 167 en cours de finition, réalisés au Burkina à fin 2019 (DSN/PM). 
Burkina: le secteur minier a connu l’entrée en activité de 3 nouvelles mines portant la production d’or à 50 tonnes en 2019 (DSN/PM).

POLITIQUE

Sur le débat qui concerne l’implantation du Centre hospitalier universitaire de Bobo-Dioulasso dans une partie de la forêt de Kua, le chargé de communication de l’ambassade de Chine au Burkina Faso, Wang Bowei, a affirmé, au cours d’une conférence de presse,  que c’est de façon unanime que le site de Kua a été choisi. La Chine dit n’avoir pas imposé de site et fait savoir qu’elle pourrait accepter n’importe quel autre site qui lui serait proposé. 

Le choix de la forêt de Kua n’a pas été fait par la Chine. «Raisonnablement un tel choix pour un tel projet ne pourrait jamais être fait de façon unilatérale. Nous avons fait des consultations entre deux parties pour travailler ensemble pour choisir ce site. Il a été préféré aux autres sites car il offre une situation idéale en terme d’impact environnemental et social», explique M. Wang. 

A la question de savoir si la Chine envisage déporter le projet sur un autre site vu certaines résistances, le chargé de communication a souligné que la Chine est un exécutant. «Nous sommes des exécutants c'est à dire que nous apportons ce projet de don et nous respectons toujours la décision du gouvernement et celle du peuple burkinabè. Si le gouvernement nous saisis pour nous dire de choisir un autre site, nous sommes ouverts. Mais, ce serait vraiment dommage pour le projet et pour le bénéfice qu'il pourrait engendrer pour la population. En principe, nous respectons la décision du gouvernement mais pour le bonheur de la population, on souhaite que ce soit ce site parce que, s'il faut un autre site, il va falloir attendre un an d'étude et de processus donc les victimes seront les populations», a expliqué M. Wang. 

Pour lui, le  projet est à la demande du gouvernement et du peuple burkinabè et son pays a répondu favorablement pour offrir cet hôpital sans contrepartie ni conditions. «C'est un engagement politique, c'est une promesse de la partie chinoise aux autorités du Burkina Faso», se justifie-t-il. 

S’agissant des critiques sur les réseaux sociaux, il a fait savoir que ces critiques ne sont pas fondées parce que la Chine n’a aucune raison, aucun intérêt à endommager l’environnement. «Nous n’avons pas d’arrière-pensée comme cela se dit sur les réseaux sociaux. La seule chose qui nous tient à cœur, c’est que ce projet puisse bénéficier à la population. Si quelqu’un nous propose un plan qui envisage à détruire l’environnement, nous serons les premiers à dire non. Peut-être que ces critiques sont dues au manque de communication», ajoute-t-il. 

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir