Aujourd'hui,
URGENT
Burkina: l’ex parti au pouvoir, le CDP,  accuse certains de ses membres de vouloir sa liquidation (AIB)
Sondage: le président Roch Marc Christian Kaboré obtient la note de 4,72/10 pour sa gouvernance dans le 1er semestre de 2019
Football: les Étalons du Burkina classés 9e en Afrique et 59e au niveau mondial par la Fifa au mois de juin 2019
Gambie: le gouvernement saisit les biens et les avoirs de Yahya Jammeh
Burkina: 110 508 candidats inscrits à la session 2019 du baccalauréat
Ghana: libération des deux Canadiennes kidnappées dans la région Ashanti
Burkina: 419 269 à la conquête du CEP 2019 soit une baisse de 7% par rapport à l'année précédente 
Afrique: le Botswana décriminalise l’homosexualité
France: Édouard Philippe lance l'acte II du quinquennat au cours de sa déclaration de politique générale 
Burkina: les avocats mettent fin à leur débrayage entamé depuis le 23 avril

POLITIQUE

Ce jeudi 11 avril 2019, Simon Compaoré, président par intérim du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), a réagi sur un communiqué diffusé la veille par les ONGs humanitaire sur les récentes crises communautaires qu’a connu le Burkina. « Si le Burkina est devenu invivable pour certains, il faut partir. En tout cas, nous on est là, on ne va pas fuir », avait affirmé Simon Compaoré. Mais pour l’Opposition politique, dans cette déclaration, ces propos sont « irresponsables » de la part d’un parti comme le MPP.

Ce Jeudi 11 Avril, à l’occasion d’une conférence de presse du    Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP, parti au pouvoir) consacrée à la situation nationale, le Président par intérim dudit parti, Mr  Simon COMPAORE, s’est attaqué aux Organisations Non Gouvernementales (ONG) présentes dans notre pays. A leur endroit il s’est même permis de dire : « si le Burkina est devenu invivable, il faut partir ».

Les propos du premier responsable du MPP étaient une réponse à la déclaration commune publiée le 10 avril 2019 par treize (13) ONG  humanitaires présentes au Burkina Faso. Dans cette déclaration, ces ONG ont  exprimé leur vive inquiétude  quant aux conséquences humanitaires de la  crise sécuritaire qui secoue notre pays. Elles  ont notamment révélé que les acteurs humanitaires éprouvent des difficultés à apporter une assistance appropriée aux populations nécessiteuses, au regard du contexte sécuritaire et des difficultés de mobilisation des ressources financières.

Tout en réaffirmant leur disponibilité à accompagner le Burkina en ces temps difficiles, les signataires de la déclaration ont exhorté l’Etat burkinabè et les autres acteurs à prévenir les crises communautaires par le dialogue. 

Les propos de cette déclaration sont d’une justesse qui ne souffre d’aucune contestation. C’est pourquoi l’’Opposition politique burkinabè condamne fermement les déclarations irresponsables du MPP et s’en démarque énergiquement. 

Les ONG signataires de la déclaration accompagnent et soutiennent  depuis toujours le Burkina Faso dans divers secteurs du développement, et, ce, sous tous les régimes politiques qui se sont succédés.

Les Burkinabè apprécient leur action, qui vient en complément des efforts qu’eux-mêmes et les pouvoirs publics déploient. Tout en reconnaissant que nous devons d’abord compter sur nos propres forces, l’Opposition les  remercie sincèrement pour leur soutien. Ce soutien est encore plus utile en ces temps de crise où des Burkinabè sont devenus refugiés sur leurs propres terres, et où l’action des humanitaires est salutaire pour sauver des vies et aider à redonner espoir. 

Les propos du premier responsable du MPP traduisent tout le mépris que ce parti et son gouvernement ont, non seulement pour les amis du Burkina Faso, mais aussi pour les millions de Burkinabè victimes de la manière désastreuse dont le gouvernement gère leur sécurité et notre vivre ensemble. 

L’Opposition politique demande à ces partenaires de nos populations  d’ignorer royalement ces propos du pouvoir et de continuer leur travail.

L’Opposition a pris bonne note des problèmes évoqués dans leur  déclaration du 10 Avril. Elle  demandera incessamment à les rencontrer pour les encourager à poursuivre leurs actions humanitaires auprès des Burkinabè victimes de l’insécurité, mais aussi pour les écouter et mieux comprendre leurs préoccupations. 

 

Ouagadougou, le 11 avril 2019

Le Chef de file de l’Opposition politique,

Zéphirin DIABRE

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé