Aujourd'hui,
URGENT
MPP: «L’effervescence des grèves freine sérieusement la mise en œuvre effective du programme présidentiel»
Burkina: la Fédération internationale des Journalistes appelle au retrait de la réforme du Code pénal
Burkina: des médecins expriment leur ras-le-bol avec un ‘’carton jaune’’ au ministère de la santé (AIB)
RDC: l'Eglise appelle Tshisekedi à rompre avec les méthodes du régime précédent
France: Lamine Diack, l'ex-patron de l'athlétisme mondial, bientôt jugé pour «corruption active et passive» et « abus de confiance »
Barsalogho: 15 personnes tuées dans la soirée du samedi 22 juin 2019 par des hommes armés non identifiés (ministère de la Défense). 
USA: une condamnation à mort annulée après 6 procès pour «biais racial» (RFI)
Burkina: le Code pénal révisé adopté malgré l’opposition des médias et des organisations de droits humains   
Burkina: 110 508 candidats à la conquête du BAC premier diplôme universitaire
Turquie: les militaires «meneurs» du putsch raté condamnés à la prison à vie

POLITIQUE

Le Premier ministre Christophe Dabiré a présidé ce lundi 8 avril 2019 les travaux du comité de pilotage de la Télévision numérique terrestre (TNT). Trois grandes décisions ont été prises lors de cette séance de travail sous sa direction.

A l’ordre du jour de cet entretien du comité de pilotage de la TNT avec le Premier ministre Dabiré, il a été question de la redevance à payer par les acteurs, de la date de l’extinction du signal, et également la question du modem économique de la Société burkinabè de télédiffusion (SBT) afin d’assurer l’accès de tous les Burkinabè à l’information mais également de garantir un fonctionnement adéquat de ces structures.

«A partir du 1er novembre prochain, le signal analogique sera entièrement coupé», c’est l’information capitale qui ressort de cette séance de travail qui a duré plus de trois heures  du comité de pilotage de la Télévision numérique terrestre (TNT) avec le Chef du gouvernement Christophe Dabiré.

A la suite des discussions et avec les orientations du Premier ministre, selon Rémis Fulgance Dandjinou, ministre en charge de la Communication, une fourchette de redevance a été proposée et sera affinée en discutant avec les différents acteurs. Aussi, il a été décidé qu’à compter donc du 1er novembre 2019, poursuit le ministre Dandjinou, le signal analogique soit entièrement coupé. Il a indiqué qu’il y a un processus d’acquisition des décodeurs au niveau des populations qui doit se faire et la SBT doit communiquer sur le sujet. Ce qui veut dire également que, à en croire M. Dandjinou, les éditeurs doivent informer leurs auditeurs, leurs téléspectateurs de cette extinction prochaine.

Par ailleurs, le ministre a précisé qu’une date butoir a été fixée pour le payement. «Nous allons choisir six mois pour l’extinction pour compter du 1er mai ce qui veut dire qu’au 1er novembre 2019, le signal analogique sera entièrement coupé et, un décret sera pris en Conseil des ministres pour fixer cette date. Et par rapport à cela, tous les éditeurs sauront avant le 1er mai ce qu’ils devront payer. Il y a une fourchette de prix qui a été proposée, il y a des affinements qui doivent se faire afin de tenir compte de la réalité des entreprises de presse mais également du fait que chacun doit payer un minimum au niveau de ce travail quitte à ce que l’Etat trouve des éléments structurants pour permettre à la SBT de continuer à fonctionner et à assurer ce service» a-t-il expliqué.

Le troisième élément, c’est d’assurer à travers un financement adéquat et pérenne de la SBT cette obligation de l’Etat de donner à tous les Burkinabè une information où qu’ils soient à l’intérieur du territoire national.

En rappel, le comité de pilotage de la TNT regroupe des acteurs sous la direction du Premier ministre. Il s’agit du ministère de l’Economie et des Finances, de l’Arcep, du CSC, du ministère du Commerce, du ministère du développement, de l’Economie numérique et des Postes et du ministère de la Communication.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé