Aujourd'hui,
URGENT
Madagascar: 4 morts suite à une intoxication à la viande de tortue de mer
Bobo-Dioulasso: un prêtre assassiné, un autre blessé par leur ancien cuisinier (AIB)
Cybercriminalité: une opération policière internationale démantèle un réseau de cybercriminels ayant fait plus de 40 000 victimes dans le monde
Soudan: retour au calme à Khartoum malgré la suspension des pourparlers
Burkina: 88 conventions à hauteur de 1 176 milliards de F CFA signées en 2018 (Discours sur la situation de la nation)
Burkina: le Premier ministre Dabiré a exposé ce jeudi 16 mai son discours sur la situation de la nation, pour lui le bilan est plutôt satis
Niger: 17 militaires tués et 11 autres  portés disparus au cours d'une embuscade à Baley Beri, près de la frontière avec le Mali
Burkina: au moins 8 personnes ont perdu la vie le samedi 11 mai sur l’axe Bittou-Cinkansé-frontière du Togo
USA: la messagerie WhatsApp infectée par un logiciel espion israélien
Russie: Vladimir Poutine souhaite «rétablir des relations complètes» avec Washington

POLITIQUE

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience une délégation de l’opposition politique. Cette rencontre qui se tient en prélude au cadre de dialogue politique national prévu pour se tenir courant avril 2019 a permis au Cfop d’aborder les questions restées en suspens lors des discutions antérieures. Les récents événements de Zoaga et Arbinda se sont aussi invités aux discussions.

A leur sortie d’audience avec le chef de l’Etat, le Chef de file de l’opposition politique (Cfop) Zéphirin Diabré a indiqué que sa délégation est allée répondre à l’invitation de Roch Kaboré pour une concertation sur un nombre de questions qui était inscrit dans l’ordre du jour. «Il s’agissait essentiellement des points qui étaient restés en suspens dans nos discussions antérieures» a-t-il affirmé.

Tous en se félicitant que ces points soient ramenés à l’ordre du jour, il dit avoir eu un large consensus y compris celui du président du Faso que la situation actuelle de la Nation est telle qu’aujourd’hui, il   faudrait que tout ça soit complété très rapidement par des questions profondes dans le cadre du dialogue politique qui était annoncé. «Notre pays traverse des difficultés. Et pour affronter ces difficultés, il est bon que l’ensemble des classes politiques puissent non seulement de façon consensuelle identifier les problèmes mais aussi s’asseoir pour échanger autour de ces questions» a suggère Zéphirin Diabré. 

A l’entendre, cette rencontre d’aujourd’hui est juste préparatoire. «Les conclusions qui ont été tirées par le président du Faso est que, cette rencontre qui est juste préparatoire sera suivie d’une autre dans laquelle nous rentrerons dans le fond du dialogue politique, et si le calendrier le permet, la rencontre dédiée principalement au dialogue politique qui associera aussi la majorité politique se tiendra avant la fin du mois d’avril à une date qui a besoin d’être concertée avec toutes les parties. Et sur ces questions, le peaufinement des opinions et des positions sera fait et sera donc possible pour nous et pour les différents partis de rentrer dans le fond des débats» a précisé le Chef de file de l’opposition.

Suites aux événements tragiques et douloureux qui se sont passés à Arbinda et à Zoaga, il a saisi cette occasion pour présenter les condoléances de l’opposition politique aux familles des victimes. Zéphirin Diabré, a exhorté le gouvernement à faire en sorte que l’ensemble des mesures qui permettent aux éléments des FDS de vaincre ce mal soit mis à leur disposition.

M. Diabré dit être inquiet de voir que le Burkina Faso qui était jadis un havre de paix et d’harmonie entre des dizaines d’ethnies se retrouve être aujourd’hui le théâtre d’affrontements que l’on ne saurait qualifier et qui mettent en face certaines ethnies. Pour lui, il faut certes les condamner mais il faut appeler les Burkinabè à avoir le sens de l’unité et de l’union. A ce niveau, précise-t-il, il y a une responsabilité qui est collective de tous et une partie revient au gouvernement. «Et nous voulons l’exhorter à faire en sorte que l’Etat et l’Etat de droit prévalent dans ce cas» a-t-il conclu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

La nomination de l'ancien Premier ministre Paul Kaba Thiéba comme directeur général de la Caisse des dépôts et de consignations du Burkina Faso (CDC-BF) est-elle, selon vous, un choix judicieux?

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé