Aujourd'hui,
URGENT
Nigéria: 37 morts dans les attaques de trois villages dans l’État de Sokoto
Kossovo: le Premier ministre, accusé de crimes de guerre, démissionne de nouveau
CAN 2019: l’Algérie championne d’Afrique pour la 2e fois après 1990 en battant le Sénégal 1  but à 0
Erythrée: l’ancien patriarche de l’Eglise orthodoxe excommunié
Burkina: «Plus de 105 000 ha de forêts perdues annuellement» selon le ministère de l'environnement
Santé: l'OMS déclare Ebola une «urgence» sanitaire mondiale
CAN 2019: le Nigéria bat la Tunisie (1-0) et s’adjuge le bronze
Cédéao: décès de Marcel Alain de Souza, ancien président de la Commission (8 avril 2016 au 28 février 2018)  à Paris en France
Europe: Ursula von der Leyen élue de peu à la tête de la Commission européenne (RFI)
Musique: décès de Johnny Clegg, le "Zoulou Blanc" à l'âge de 66 ans

POLITIQUE

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a reçu en audience une délégation de l’opposition politique. Cette rencontre qui se tient en prélude au cadre de dialogue politique national prévu pour se tenir courant avril 2019 a permis au Cfop d’aborder les questions restées en suspens lors des discutions antérieures. Les récents événements de Zoaga et Arbinda se sont aussi invités aux discussions.

A leur sortie d’audience avec le chef de l’Etat, le Chef de file de l’opposition politique (Cfop) Zéphirin Diabré a indiqué que sa délégation est allée répondre à l’invitation de Roch Kaboré pour une concertation sur un nombre de questions qui était inscrit dans l’ordre du jour. «Il s’agissait essentiellement des points qui étaient restés en suspens dans nos discussions antérieures» a-t-il affirmé.

Tous en se félicitant que ces points soient ramenés à l’ordre du jour, il dit avoir eu un large consensus y compris celui du président du Faso que la situation actuelle de la Nation est telle qu’aujourd’hui, il   faudrait que tout ça soit complété très rapidement par des questions profondes dans le cadre du dialogue politique qui était annoncé. «Notre pays traverse des difficultés. Et pour affronter ces difficultés, il est bon que l’ensemble des classes politiques puissent non seulement de façon consensuelle identifier les problèmes mais aussi s’asseoir pour échanger autour de ces questions» a suggère Zéphirin Diabré. 

A l’entendre, cette rencontre d’aujourd’hui est juste préparatoire. «Les conclusions qui ont été tirées par le président du Faso est que, cette rencontre qui est juste préparatoire sera suivie d’une autre dans laquelle nous rentrerons dans le fond du dialogue politique, et si le calendrier le permet, la rencontre dédiée principalement au dialogue politique qui associera aussi la majorité politique se tiendra avant la fin du mois d’avril à une date qui a besoin d’être concertée avec toutes les parties. Et sur ces questions, le peaufinement des opinions et des positions sera fait et sera donc possible pour nous et pour les différents partis de rentrer dans le fond des débats» a précisé le Chef de file de l’opposition.

Suites aux événements tragiques et douloureux qui se sont passés à Arbinda et à Zoaga, il a saisi cette occasion pour présenter les condoléances de l’opposition politique aux familles des victimes. Zéphirin Diabré, a exhorté le gouvernement à faire en sorte que l’ensemble des mesures qui permettent aux éléments des FDS de vaincre ce mal soit mis à leur disposition.

M. Diabré dit être inquiet de voir que le Burkina Faso qui était jadis un havre de paix et d’harmonie entre des dizaines d’ethnies se retrouve être aujourd’hui le théâtre d’affrontements que l’on ne saurait qualifier et qui mettent en face certaines ethnies. Pour lui, il faut certes les condamner mais il faut appeler les Burkinabè à avoir le sens de l’unité et de l’union. A ce niveau, précise-t-il, il y a une responsabilité qui est collective de tous et une partie revient au gouvernement. «Et nous voulons l’exhorter à faire en sorte que l’Etat et l’Etat de droit prévalent dans ce cas» a-t-il conclu.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Le maire de Ouagadougou a signé un arrêté réglementant la circulation et le stationnement des véhicules poids lourds. La circulation de ces véhicules n’est désormais autorisée qu’entre 22 heures et 5 heures du matin sur un certain nombre d’axes routiers.

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé