Aujourd'hui,
URGENT
Mauritanie: au moins 62 migrants sont morts dans le naufrage de leur embarcation au large de la Mauritanie
Burkina: le budget de l’Etat gestion 2020 se chiffre en recette à 2 233,316 milliards FCFA et en dépenses à 2 518,456 milliards FCFA 
5e RGPH: la ministre en charge de la famille, Laurence Ilboudo plaide pour un recensement exhaustif des personnes en situation de  handicap
Burkina: les pétards pour divertissement toujours interdits (ministère du Commerce)
Environnement: 2019 achève la décennie la plus chaude jamais enregistrée, selon l’ONU (RFI)
Gabon: arrestation de Brice Laccruche, ex-chef de cabinet du président Bongo
Burkina: une vingtaine de terroristes abattus  à Toéni (Boucle du Mouhoun) et Bahn (Nord)
Football: l'attaquant burkinabè, Jonathan Pitroipa met fin à sa carrière internationale après 13 années
Burkina: «75 % des sources d’infections du VIH chez les couples, viennent des prostitués» (Etude)
Football: l'Argentin Lionel Messi remporte son 6e ballon d'or, un record

POLITIQUE

Le chef du gouvernement, Christophe Dabiré a reçu en audience dans la soirée de ce mardi 26 mars 2019, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni). les élections de 2020 et le vote des Burkinabè de l'étranger ont été les deux points abordés par les deux personnalités.

Dans un premier temps, le président de la Ceni, Newton Ahmed Barry a adressé ses félicitations au chef du gouvernement Christophe Dabiré pour sa nomination et place a été faite aux questions électorales. S'agissant des élections à venir, M. Barry a fait savoir qu'il y a eu plusieurs points d'ordre au cours de ses échanges avec le Premier ministre. « Nous avons discuté d’abord du référendum avec le chef du gouvernement, ensuite il y a eu le cas des élections générales de 2020 et enfin il y a le vote des Burkinabè de l'étranger »  a t-il déclaré à sa sortie d'audience.

En ce qui concerne le choix du vote de la nouvelle Constitution par référendum ou par voie parlementaire, il a précisé que cela ne relève pas de la responsabilité de sa structure. « Nous, nous attendons que les politiques décident ce qu'ils veulent faire. S'ils décident pour le référendum, nous sommes prêts parce que nous avons travaillé sur tous les scenarii possibles. Donc, de ce point de vue, nous avons expliqué au chef du gouvernement que la Ceni a fait un travail formidable du point de vue de ce que nous avions pu faire depuis deux ans et que sur l'ensemble de ces questions, nous avons préparé les chronogrammes nécessaires pour les faire aboutir » foi du président de la Ceni.

Pour ce qui est du vote des Burkinabè de l'étranger, il a indiqué que, pour le moment sa structure travaille sur le rapport de la mission effectuée par ses commissaires. « Les  commissaire y étaient à la mi-décembre, ils sont rentrés et nous sommes en train de compiler les rapports. Très bientôt, nous allons adresser à l'ensemble des acteurs, aux Burkinabè de façon générale des informations pour leur expliquer les constatations que nous avons fait et les dispositions que la Ceni va mettre en place pour qu'effectivement les Burkinabè de l'étranger puissent voter aux élections de 2020 » s'est-il justifié.

A l'entendre, les élections constituent un processus multi-acteur. « Il y a des actions qui relèvent de la Ceni et sur ces questions nous sommes prêts, on n'a pas de soucis. Il y a des actions du gouvernement et c'est au gouvernement évidemment de les actionner pour que les choses puissent se mettre en branle » a conclu le président de la Ceni, Newton Ahmed Barry.

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Sondage

Pour lutter contre le terrorisme, le maire de Ouagadougou propose à chaque Burkinabè de céder un mois de revenus à titre d’effort de guerre. Selon vous, cette proposition est:

OFFRE CANAL+

Rejoins-nous sur Facebook

ACTUELLEMENT DANS VOS KIOSQUES

NEWSLETTER

Abonnez vous à notre bulletin d'informations pour être quotidiennement informé